Tag Archives: sida


5 ouvrages pour parler du SIDA

Plus de trente ans après l’émergence du VIH, l’épidémie a inspiré de nombreux ouvrages. La littérature a joué et joue toujours un rôle important dans l’évolution de la pensée, des mentalités et des comportements. Pour en savoir plus sur ce sujet, voici une sélection d’ouvrages pour parler du SIDA.

 

D’un trait de fusain– Cathy Ytak

D’un trait de fusain est un roman qui se déroule dans les années 90, au moment où le grand public « découvre » l’épidémie du SIDA. C’est aussi l’époque où les associations comme Act Up émergent pour alerter et lutter contre la maladie. Dans ce roman, on suit Mary, Monelle, Julien et Sami, quatre lycéens dans une école d’art. Alors qu’ils vivent leurs premiers émois amoureux, l’épidémie du SIDA s’immisce brutalement dans leurs vies. La plupart des adultes se taisent et semblent ignorer la tragédie. Parmi cette bande d’amis, Marie-Ange, jeune fille plutôt craintive et complexée, est forcée de prendre conscience de la maladie et de la mort qui touchent ses proches. Peu à peu, elle va s’affirmer et s’engager auprès d’Act Up contre l’avis familial pour lutter contre l’indifférence qui entoure ce sujet.

 

Dorian– Will Self

L’auteur de ce livre s’est amusé à transposer le classique Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde un siècle plus tard. Alors que Wilde racontait la déchéance de la fin du XIXe siècle, Will Self raconte la lente dérive du Londres décadent des années 1980 et 1990 : sexe, drogue, alcool et sida. On découvre Henry Wotton, un dandy qui use et abuse de tous les plaisirs illicites. Il rencontre Dorian Gray, un jeune homme d’une grande beauté, dans le studio de son ami Basil Hallward. Dorian se propose alors de l’initier à toute une vie de débauche. L’auteur retrace toutes les étapes de l’évolution de Dorian Gray ainsi que sa descente aux enfers avec les ravages du SIDA.

 

Dites aux loups que je suis chez moi– Carol Rifka Brunt

Cette histoire se passe au milieu des années 1980 aux Etats-Unis. June est une adolescente de quatorze ans qui vit avec ses parents et sa sœur dans une petite ville de l’état de New York. Dévastée par la mort de son oncle Finn dont elle était très proche, elle se raccroche à tout ce qu’il reste de lui. Elle découvre les non-dits, les amours interdits et l’hypocrisie des adultes, peu et mal informés sur cette maladie encore inavouable et honteuse qu’est le SIDA.

 

Les chroniques de San Francisco– Armistead Maupin

Comme le titre l’indique, l’action se passe à San Francisco à la fin des années 1970. Mary Ann Singleton, une jeune femme de 25 ans, fuit la vie ennuyeuse de sa ville natale pour s’installer chez Anna Madrigal, la propriétaire d’un petit immeuble sur Barbary Lane. C’est le début d’une nouvelle vie pour Mary Ann qui va faire la connaissance de ses nouveaux colocataires : Michael, Brian, Mona, Norman et bien d’autres. L’auteur dépeint une époque charnière de la révolution des mœurs. Il s’agit d’une série en neuf tomes. Dans les trois premiers tomes, le SIDA n’a pas encore de nom, mais on assiste à son évolution.

 

Sous le lit– Mr. Q

Pour terminer, Sous le lit est une BD qui raconte l’histoire de Valentin, un étudiant qui vit avec sa mère. Il rencontre un homme lors d’une soirée alcoolisée. Le lendemain, il se rend compte qu’il ne se souvient plus s’il s’est protégé ou non. Malgré les encouragements d’une amie, il repousse sans arrêt son dépistage par peur d’être séropositif, et ment à son entourage en affirmant qu’il a fait les tests. Puis il rencontre Sam, un jeune garçon dont il tombe amoureux, et tombe alors dans la spirale de l’angoisse. Malgré un sujet sombre, cette BD aborde l’amour sous toutes ses formes avec beaucoup de finesse et de sincérité.

La culture gay à travers les livres

À l’occasion de la Gay Pride qui aura lieu demain à Paris, nous vous proposons un petit florilège de la littérature LGBTQ. Fiction, sociologie et histoire, plongez dans un univers gai et coloré . . .

 

Gay Pride l’Histoire, Olivero Toscani 

histoire gp

Quoi de mieux pour commencer ce classement que de revenir sur les origines de la Gay Pride. C’est en tout cas la mission que s’est donné Oliviero Toscani dans son livre « Gay Pride l’Histoire ». Célèbre photographe des années 80, il a notamment collaboré avec le magazine Elle, Vogue, Harper’s Bazar, ou encore Paris Match. Plus que de simples outils de publicité, ces photographies sont devenues avec le temps de véritables symboles de la lutte contre l’homophobie, le racisme ou encore le sida. Il est également l’un des acteurs majeurs du plus gros coup de communication de l’association Act Up :  le fameux préservatif sur l’Obélisque de la Concorde. De multiples raisons de vous laisser emporter par ce livre captivant. 

 

 

 

 

Global Gay, Frédéric Martel 

global gay

On continue ce top avec un ouvrage passionnant. Dans « Global Gay ; La longue marche des homosexuels », Frédéric Martel parcourt le monde afin d’analyser la place et les droits des homosexuels dans les différents pays du globe. Pour cela, en cinq ans l’auteur s’est rendu dans près de 45 pays et a rencontré des centaines de locaux prêts à partager leur expérience. L’occasion de faire le point sur les avancées et les inégalités qui persistent pour la minorité LGBTQ. Ainsi, on apprend par exemple qu’en Iran les homosexuels risquent encore aujourd’hui la pendaison. Ce pays n’est pas un cas isolé : huit autres infligent la même sentence. Fort heureusement, ils sont nombreux à avoir évolué. C’est notamment le cas de la France où le mariage gay est maintenant légalisé. Sans jamais tomber dans le pathos ou la victimisation, le livre retrace avec justesse les conditions de vie de la communauté LGBTQ et l’évolution progressive des mentalités dans le monde.

 

 

 

 

Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Collectif 

dictionnaire gays et lesbiennes

Pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur la culture LGBT : ce dictionnaire est fait pour vous ! 600 articles, 200 illustrations, une cinquantaine de dossiers thématiques sur le cinéma, le féminisme ou encore la publicité, tous les sujets y sont abordés. En plus des aspects culturels (littérature, artistique etc.), l’ouvrage apporte également un regard sur l’évolution des modes de vie LGBTQ depuis la fin du XIXème siècle. L’occasion de comprendre les enjeux sociaux et juridiques qui découlent de cette culture gay. Bien que l’ouvrage soit davantage centré sur la France, le lecteur pourra également découvrir les grandes figures du mouvement à l’étranger comme Virginia Woolf ou Pasolini. Un dictionnaire de référence pour tous les curieux de culture.

 

 

 

 

 

Harvey Milk, Randy Shilts

Harvey-Milk-Sa-Vie-Son-Epoque-

On poursuit ce classement avec la biographie de l’un des acteurs les plus importants du mouvement LGBTQ. Harvey Milk fut en 1977 le premier homme politique ouvertement homosexuel à se voir confier un poste au conseil municipal de San Francisco. Dès lors, il n’aura de cesse de lutter contre les discriminations à l’égard de la communauté dans toute l’Amérique. Un homme fort et engagé, qui fut malheureusement tragiquement assassiné seulement onze mois après sa prise de fonction. Témoin de la difficulté des minorités à faire valoir leurs droits, Harvey Milk restera néanmoins une figure emblématique de l’Histoire. Une vie et un engagement passionnants que le réalisateur Gust Van Sant porta à l’écran en 2008. Dans le rôle principal, l’acteur Sean Penn. Sur le même thème, vous pourrez également découvrir l’ouvrage de Safia Amor : « Harvey Milk : non à l’homophobie ».

 

 

 

 

Rainbow warriors, Ayerdhal 

rainbow warriors

Enfin, on termine ce top en beauté avec un roman loufoque et déjanté. « Rainbow Warriors », c’est l’histoire d’un général de division, Geoff Tyler, qui va contre sa volonté être mis à la retraite. À la place, il se voit confier la direction d’une armée privée. L’objectif est simple : parvenir à faire tomber le dictateur d’un État africain afin de permettre le bon déroulement des élections. Tout semble se dérouler sans accroc à un détail près : l’armée est majoritairement composée de personnes issues de la communauté LGBT. Un thriller à la fois intense, rempli d’émotions et surtout irrésistiblement hilarant. Un ouvrage  politiquement incorrect qui fait du bien !

 

 

 

 

 

N’hésitez pas à nous dire quels sont les romans LGBTQ qui vous ont marqués et inspirés.

Florence_O_Sawadogo_Edilivre

Rencontre avec Florence O. Sawadogo, auteur de «Un choix amer»

Florence_O_Sawadogo_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Mon ouvrage se situe dans le genre romanesque, il aborde le sujet de la débauche juvénile face aux IST/VIH/SIDA.

Pourquoi avoir choisi d’aborder le sujet du VIH ?
J’ai choisi le thème du VIH, parce que d’abord c’est un thème d’actualité, ensuite je suis membre d’une association de lutte contre le sida et à travers mes expériences, j’ai su à quel point notre jeunesse ignorante est touchée par ce fléau. Je viens pour ma contribution réalisé cet ouvrage qui sera un « plus » dans la bataille contre le SIDA.

Vous sentez-vous une âme militante ?
Oui je me sens une âme militante, car le VIH/SIDA me concerne aussi et je suis vraiment touchée par le rejet qu’on afflige aux malades du sida, on ne choisit pas d’être séropositif, mais on peut éviter de l’être. Tout d’abord en faisant son test de dépistage volontaire avec son ou sa partenaire pour mieux se protéger ; et avec mon statut de sensibilisatrice dans une association de lutte contre le sida, je persévérerai dans la lutte pour amoindrir ce taux de contamination dans mon continent et dans le reste du monde à travers mes écrits et ceux à venir.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Mon ouvrage s’adresse à toute la jeunesse et aux adultes car le VIH/SIDA nous concerne tous, peu importe ton âge, ton origine ton statut social, ta situation matrimoniale.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
J’ai voulu transmettre plusieurs messages à la fois : d’abord j’ai invité la jeunesse à faire le test de dépistage tout en spécifiant les avantages liés à ce test, ensuite de surtout soutenir leur camarades, leur frères qui en sont victimes et qui ont perdu le goût de la vie, et enfin de se résigner à la mauvaise compagnie, au gain facile, la facilité, la prostitution qui sont eux aussi d’autres propagations des maladies opportunistes et du SIDA, de bien utilisé les préservatifs pour éviter les grossesses non-désirées qui aboutissent à l’avortement et à l’abandon des bébés innocents dans les poubelles et fosses sceptiques. C’est un crime d’avorter et les conséquences peuvent conduire à la stérilité et à la mort. J’ai tout de même évoqué la sexualité en milieu scolaire et la part de responsabilité des parents et enseignants éducateurs.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Mon inspiration, je la puise dans mes expériences, et au vu de l’actualité. Mes écrits n’ont aucun lien avec une tierce personne.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Mes projets d’écriture sont énormes, je souhaiterai écrire 10 livres par an, car j’ai de l’inspiration à revendre. Et dans mes écrits je sensibiliserai quelque soit le thème que j’aborderai, j’écris toujours sur les thèmes rentables et bénéfiques à la population, c’est-à-dire les thèmes qui les aideront à améliorer leur vie et à apaiser les soucis et la peur qui sont au fond d’eux ; ça n’arrive pas qu’aux autres.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Mon dernier mot, c’est d’inviter tout le monde à lire, car ça rapporte toujours un bonus dans la vie, on ne finit jamais d’appendre. Ce sont les lecteurs qui font l’artiste écrivain, sans quoi on aura ni l’inspiration, ni le courage de continuer à écrire. Par ailleurs j’invite toute la société à faire le test de dépistage, et à se préserver dans la lutte du fléau SIDA, ceci est une contribution personnelle et individuelle pour la réduction du taux d’infection par le sida. Je vous remercie.

Interview vidéo de Hervé Miclot, auteur de « Futur immédiat »

Interview_video_futur_immediat_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter l’interview vidéo de Yannick Masy, auteur du livre Futur immédiat aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

 

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=m-YUV6rbnjY&feature=youtu.be]

 

– Détails du livre :
Format : 13,4×20,4
Nombre de pages : 126
Date de publication : 10/06/2014

 
– Résumé du livre :
« Je ne veux pas écrire pour faire de la littérature – je ne cherche pas le beau, je ne cherche rien. Je veux juste dire ce qu’il en est de moi.
Je vais mourir du sida, cette maladie qui décime l’Afrique et dont tout le monde se fout royalement (les beaux discours n’y feront rien!).
J’écris pour qu’on me plaigne, pour qu’on se souvienne de moi, de moi et de Victor. Pour qu’on se souvienne, qu’on reconnaisse ma souffrance, mon désarroi et mon déclin. »
« Plus je m’avance vers ma fin et plus je réfléchis dans le vide mais plus je sens que c’est là qu’opèrent les vérités profondes…L’amour est toujours la meilleure réponse à l’injustice des hommes ».
Walter Benjamin disait que tout roman est un essai sur le monde, et que chaque personnage porte en lui une possibilité de vie.
J’aimerais que vous lisiez l’histoire de Joseph – Noir d’Afrique du Sud, enfant de l’apartheid – comme celle d’un frère que vous auriez pu croiser, un soir, sur le quai d’une gare, ou dans un bar, assis au comptoir, ou dans la salle d’attente d’un médecin.
Je souhaiterais que vous appreniez à l’aimer. Il est un peu ce coin de terre et de ciel que nous portons tous en nous, qui nous chuchote le bonheur d’être et la grandeur d’exister.

 

– Biographie de l’auteur :
Hervé Miclot est enseignant, musicien, lecteur et voyageur. Il publie futur immédiat aux Éditions Edilivre.

 

Hervé Miclot dans Toutes Les Nouvelles pour son ouvrage  » Futur immédiat  »

logo_touteslesnouvelles_Edilivre

Article_Toutes_les_nouvelles_Hervé_Miclot_Edilivre

 

 

 

 

Bande-annonce de  » Futur immédiat  » de Hervé Miclot

Bande_annonce_futur_immédiat_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce du livre Futur immédiat aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=Nb9ESnh8xCg&feature=youtu.be »]

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4×20,4
. Nombre de pages : 126
. Date de publication : 10 juin 2014

 

– Résumé du livre :
« Je ne veux pas écrire pour faire de la littérature – je ne cherche pas le beau, je ne cherche rien. Je veux juste dire ce qu’il en est de moi.
Je vais mourir du sida, cette maladie qui décime l’Afrique et dont tout le monde se fout royalement (les beaux discours n’y feront rien!).
J’écris pour qu’on me plaigne, pour qu’on se souvienne de moi, de moi et de Victor. Pour qu’on se souvienne, qu’on reconnaisse ma souffrance, mon désarroi et mon déclin. »
« Plus je m’avance vers ma fin et plus je réfléchis dans le vide mais plus je sens que c’est là qu’opèrent les vérités profondes…L’amour est toujours la meilleure réponse à l’injustice des hommes ».
Walter Benjamin disait que tout roman est un essai sur le monde, et que chaque personnage porte en lui une possibilité de vie.
J’aimerais que vous lisiez l’histoire de Joseph — Noir d’Afrique du Sud, enfant de l’apartheid — comme celle d’un frère que vous auriez pu croiser, un soir, sur le quai d’une gare, ou dans un bar, assis au comptoir, ou dans la salle d’attente d’un médecin.
Je souhaiterais que vous appreniez à l’aimer. Il est un peu ce coin de terre et de ciel que nous portons tous en nous, qui nous chuchote le bonheur d’être et la grandeur d’exister.

 

 

 

Rencontre avec Tano Félix Assoumou, auteur de «L’ultime recours»

Tano_Félix_Assoumou_L_ultime_recours_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
« L’ultime recours » est un roman de 11 chapitres, que j’ai écrit alors que j’étais au lycée. Son contenu m’a toujours surpris, en raison de l’âge que j’avais en l’écrivant. Il évoque le thème du VIH / SIDA d’une façon originale et exclusive en touchant ses aspects jamais révélés auparavant.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai écrit ce roman pour inciter, dans un premier temps, la société à ne pas se désolidariser des malades du SIDA. Et, puisqu’on ne peut parler de Sida sans faire un clin d’oeil à la prévention, j’ai proposé quelques voies EXCLUSIVES à suivre dans ce sens. Mais au delà de tout cela, c’est l’amour du prochain que je prône à travers cette oeuvre. C’est ce qui transparaît lorsqu’on fait une lecture au troisième degré de « L’ultime recours ».

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Mon livre s’adresse aux enfants , aux adolescents, aux jeunes, aux adultes et aux personnes du troisième âge. En fait, c’est à tout le monde que je m’adresse à travers cette oeuvre. Nous sommes tous concernés par le Sida alors nous sommes tous dans l’obligation de lire « L’ultime recours ».

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
La première qualité de l’oeuvre, c’est son accessibilité à tous, quel que soit notre niveau intellectuel. « L’ultime recours » a été écrit de sorte que nous soyons tenus en haleine de la première à la dernière ligne. Les divers rebondissements et la poéticité de l’écriture nous balancent d’un univers à l’autre pour notre plus grand bonheur. Enfin, c’est surtout à travers l’originalité avec laquelle est traité le thème du Sida qu’on sera séduit. Jamais un roman n’a ainsi traité cette maladie et jamais de telles propositions n’ont été faites pour aider à éradiquer ce mal. C’est justement au regard de tout ce mélange que j’ose dire que « L’ultime recours » ne se lit pas, mais se « déguste ». C’est un vrai délice ludique et didactique.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Dans un monde solidaire où règne l’amour entre les hommes, tout est possible. Le sida est une maladie qui tue très vite, psychologiquement. C’est le constat que j’ai fait. En écrivant cet ouvrage, j’avais l’intention dire à tous ceux qui souffrent de cette maladie qu’ils ne doivent pas se sentir condamnés à mort. Ils doivent plutôt garder espoir car leurs proches et la société toute entière sont avec eux. Quant à la société, d’ailleurs, j’aimerais qu’elle sache que c’est seulement par son soutien sans faille aux victimes que celles-ci se sentiront en pleine forme. En somme, le message-clé à transmettre ici, c’est qu’il ne faudrait plus que quiconque ne meurt du mot « Sida ».

Où puisez-vous votre inspiration ?
Mon inspiration naît dans l’extrême. J’arrive rarement à écrire dans un état normal. Tout ce qui bouscule mon esprit, en bien ou en mal, m’inspire : l’amour, la joie, la déception, la tristesse…

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’ai en projet la publication de plusieurs ouvrages dans des genres variés (roman, poésie et théâtre). Je veux faire de l’écriture mon métier et je me suis preparé pendant de longues années à cela. C’est pourquoi je prie tous ceux qui souhaiteraient m’aider en ce sens de bien vouloir me contacter.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Je suis un écrivain dans l’âme et je remercie Edilivre de m’avoir permis de publier mon premier roman et d’ainsi commencer ma carrière. Mais une carrière d’écrivain ne peut se bâtir sans public, sans lecteurs. C’est pourquoi j’invite le public à acheter « L’ultime recours » ! Je ne le dis pas parce que j’en suis l’auteur mais parce que dans ce livre, un message vous est destiné. Votre vie prendra une nouvelle tournure après la lecture de cette oeuvre. Essayez et vous verrez. Que Dieu vous bénisse !
.

Michel Aurouze dans La Provence pour son ouvrage  » Les deux Petits Chevreaux « 

 

logo_la_provence_Edilivre

 

 

Michel_Aurouze_La_Provence_Edilivre

Interview vidéo de Nassira Ziani-Ellouel, auteur de  » Le coeur d’une rose « 

Nous avons le plaisir de vous présenter l’interview vidéo de Nassira Ziani-Ellouel, auteur du livre Le coeur d’une rose aux Editions Edilivre.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=srsimd3N62s]

Retrouver l’auteur et son livre sur Edilivre.com :
http://www.edilivre.com/le-coeur-d-une-rose-nassira-ziani-ellouel.html

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4×20,4
. Nombre de pages : 196
. Date de publication : 22/10/2012

– Résumé du livre :
Deux histoires d’amour qui virent au cauchemar, une belle-mère tyrannique et aigrie qui tente de séparer son fils de celle qu’il aime ; tant de problèmes amoureux, familiaux et professionnels auxquels sont confrontées deux amies, dont l’une est enceinte et infectée par le virus du SIDA. Arrivera-t-elle à s’en relever ?

– Biographie de l’auteur :
Passionnée par le langage des signes et par l’écriture, Nassira Ziani-Ellouel signe avec Le cœur d’une rose son premier roman aux éditions Edilivre.