Henri-Charles Thuillier dans Etudes Normandes met en avant ses ouvrages

La presse Etudes Normandes dresse le portrait de Henri-Charles Thuillier. L’occasion pour l’auteur de présenter ses ouvrages.

     

A-propos des livres :

 

Lyriennes

Les Lyriennes sont ici réunies pour la première fois. Les cantiques de La Neuve Lyre de Notre-Dame (1908) furent imprimées séparément en un très petit nombre d’exemplaires, semble-t-il ; les Pages de Jeanne d’Arc (drame à personnages) fut joué (avec musique) à Évreux en 1914. Les Fleurs de Lyre ne firent jamais l’objet d’un recueil spécifique. Les nombreux poèmes décrivant les fleurs et paysages de Normandie, dont plusieurs furent publiés dans les Annales de Lyre, étaient sans doute destinés à intégrer cet ouvrage. En tête de notre recueil se trouve le magnifique Ode à Orderic Vital, à l’honneur du grand chroniqueur normand.

 

Lauriers et Roses

Lauriers et Roses : sous ce titre, sont réunies les poésies émouvantes des Lauriers de Lyre : poèmes de guerre et d’après-guerre (1923-28) en l’honneur des « Morts pour la France ». Roses France : quinze saynètes de guerre (1917), petites pièces en vers destinées à être interprétées par des enfants avec les quatre sonnets et le triste Adieu, ma Lyre !</i de 1928.

 

Escoviennes

Escoviennes… Cette deuxième partie de notre réédition des poésies de Henri Thuillier concerne principalement les œuvres composées à Écouis (Vexin) au début de sa carrière, avant sa nomination en 1901 comme curé à la Neuve-Lyre, mais aussi quelques œuvres des années suivantes. Les Escoviennes comprennent plusieurs recueils : Les Grands Jours d’ÉcouisChez nousPastorales. Les Pastorales comprennent à leur tour la Cour d’amourJeanne d’Arc (drame à personnages), Les Bergerets. Tout, chez Thuillier, est inspiré par la foi chrétienne et un patriotisme intense : Dieu et la France.


Commentaires