Tag Archives: indépendance


Bande-annonce de «Chronique d’un temps» de Mokhtar Hanitet

bande_annonce_chronique_d_un_temps_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce de Chronique d’un temps aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=rpk1ixVF_hs&feature=youtu.be »]

 

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4×20,4
. Nombre de pages : 68
. Date de publication : 10 novembre 2015

– Résumé du livre :

Une historiographie vécue avant et après l’Indépendance de l’Algérie. Certains personnages s’imposent au fil du récit en changeant le quotidien de l’auteur. On y retrouve les transformations qui ont eu un impact important sur le pays : le césarisme employé par certaines personnes, la destruction environnementale et enfin la politique de haine.

– Biographie de l’auteur :
Mokhtar Hanitet est né le 11 juin 1954. Après un parcours scolaire classique, il a étudié la géologie. Il exerce plusieurs métiers : musicien, auteur, compositeur, animateur. Il anime également des conférences sur les sciences de la Terre et l’histoire de la musique.

Né le 11 juin 1954 à Sidi Bel Abbés, Rue d’Aquitaine Hanitet Mokhtar Géologue Minéralogiste Auteur compositeur Né le 11 juin 1954 à Sidi Bel Abbés, Rue d’Aquitaine Point du jour. Mes études Début des études en 1960, école primaire Eugène Étienne, Marceau, Claude Bernard, CEM Berthelot et enfin l’école des Chemins de fer.1968 après formation de 3 ans et une activité de 5 années au niveau de cette institution depart sur Alger En 1976 – études en géologie à Alger et Boumerdes puis dans le monde du travail Parcours artistique 1973 – débute avec le groupe les Aigles noir de Sidi Bel Abbes Parallèlement il occupe le poste de responsable à l’animation au sein de la JFLN et animateur de ciné-club 1975 – Fondateur du groupe Africa 1980 : Reprise de la chanson en solo 1982 – Spectacle musical à Prague (ex Tchécoslovaquie). 1987 – Un des membres fondateurs du groupe Tessala Entreprise, 1er prix de la musique de recherche à Ryad El Feth, Algern la même année 1990 – Auteur de chant à la gloire de l’équipe nationale, 1er auteur du titre « Dira hala Ya el khadra ». 1997 – Compositeur de musique et interprète dans la 1997pièce de Hamoumi et Medjehri Habib, Prisonnier 7046. Gloire au grand chahid syndicaliste, Boumelik Abdelkader. 1998 – Compositeur de la musique de la pièce de Arouj Abdelkader, El mâaza oua el Fil.(La chèvre et l’éléphant) 1999 – Compositeur de la pièce El manbâa. La source toujours du même auteur et réalisateur. Puis composition de la pièce de théâtre pour enfants El amana, sous la direction de Bensmicha Kada. 2001 – Comédien et interprète dans la pièce de Bouziane Benachour, Aboud 1er. 2002 – Composition pour la pièce d’Ali Nasri Kadour, Oua Juliette. 2001 – Spectacle à Hammamet, Tunis. 2004 – Spectacle à Nice et Pompiana, France et Italie. 2006 – Comédien et musicien de pièce théâtrale Edition Mekerra Tahlam oua Tfik (Tu rêves et tu redeviens), 1er prix de la musique. 2007 – Interprète dans la pièce de Bouziane Ben Achour, Sanaoud Yaouma. (On revient un jour) Outre cela a occupé des postes bénévoles 1988 secrétaire de wilaya de l’union nationale des arts et cultures -1990 vice-président du conseil consultatif de la culture au niveau de Sidi Bel abbés -1991 deux mandats au bureau de conciliation au niveau de l’inspection du travail (de 1991 à1998)une séance par semaine 1998 un mandat à la chambre sociale. Toujours une séance par semaine 2001 Participation à Tunis, dans le cadre de la ligue des droits de l’homme. Animateur et conférencier dans le domaine des sciences de la terre et de l’histoire culturelle. Participation à plusieurs émissions radio et télévisées. A partir de 2014 animateur de l’émission Nostalgie à la radio de Sidi Bel Abbés. 2014 – Premier recueil : Une musique, un style, une ville. 2015 – Chronique d’un temps

 

 

Daniel Pharose dans France Antilles pour son ouvrage  » Autochtonie  »

logo_france_antilles_Edilivre

Article_France_Antilles_Martinique_Daniel_Pharose_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zoéto dans Charente Libre pour son ouvrage  » Elle, à sa fenêtre  »

logo_CharenteLibre_Edilivre

Article_Charente Libre_Zoéto_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Béni Sylvestre dans Africardv.com pour son ouvrage  » Je proteste  »

Logo_africardv_Edilivre

Article_AFRICARDV.COM_Béni Sylvestre_Edilivre

 

 

 

 

 

 

Béni Sylvestre dans Elafrik.com pour son ouvrage  » Je proteste « 

Logo_Elafrik.com_Edilivre

 

Article_Elafrik.com_Béni Sylvestre_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bande annonce de  » Avant l’indépendance égal après l’indépendance ?  » de Jonas Bigsharer

Bande_annonce_Avant_lindépendance_égal_après_lindépendance_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce du livre Avant l’indépendance égal après l’indépendance ? aux Editions Edilivre.

 

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=uKSHVg2ke9g&feature=youtu.be »]

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13.4×20.4
. Nombre de pages : 124
. Date de publication : 17/03/2014

 

– Résumé du livre :
Toute personne dotée de bon sens, quiconque s’informe sur la manière dont les forces de nuisance affaiblissent, détruisent les structures sociales, politiques et économiques du Congo, ne saurait se contenter d’observer, de se taire sans, en même temps, se reprocher de complicité ou de trahison criminogène contre les paisibles populations congolaises. Il n’est pas excessif d’affirmer que ces populations, notamment à l’est du Congo, sont victimes, actuellement, d’une épuration ethnique qui ne dit pas son nom. Elle serait l’œuvre des milices étrangères qui bénéficient du soutien des planificateurs du lugubre projet, à savoir les États expansionnistes régionaux dont l’objectif récidivant demeure le dépeuplement des zones minières congolaises et leur annexion (économique et militaire) de fait.
Dénoncer les crimes politiques et économiques commis au Congo-Kinshasa, c’est, à mon humble avis, accomplir le devoir moral que doit s’assigner tout citoyen du monde, selon l’acception kantienne de citoyenneté universelle. Tel devrait être le fondement de l’engagement de tout humaniste et, en priorité, de l’intellectuel congolais lui-même. Ce livre s’inscrit dans cette option discursive.

 

– Biographie de l’auteur :
Jonas Bigsharer est né en 1960 au Congo-Rdc. Élevé dans la foi chrétienne (catholique), il est très attaché aux valeurs positives humaines et assure y trouver les balises normatives indispensables à l’éducation de ses cinq garçons dont il est très fier. «Ma famille, mon épouse et mes enfants, les bonnes relations interculturelles», dit-il, « c’est tout ce que je possède de grandiose dans ce monde.» Jonas Bigsharer est Maître en sciences politiques (UCL) et Dr en philosophie politique (ULB, avec grande distinction). Il est enseignant.

 

 

 

Rencontre avec Samuel Malonga, auteur de  » Complaintes  »

Samuel Malonga, pouvez-vous nous présenter votre recueil de poésie Complaintes ?
Complaintes est un poème unique qui aborde le problème de la difficile existence des Négro-africains qu’on appelle « peuple de couleur » de manière péjorative. Ma réflexion est partie d’un constat sur la misère quasi endémique qui les frappe. Car bien souvent et où qu’il se trouve, l’homme noir est confronté à la pauvreté, au racisme, à la ségrégation et à l’exclusion. Où qu’il se trouve, il doit faire face à l’injustice et à la croissance incongrue des inégalités sociales. Il est parfois contraint à l’exil en quête d’un hypothétique bonheur. Pis encore, dans son propre pays, le damné de la terre est mis au banc de la société par les détenteurs du pouvoir qui sont  pires que les anciens colonisateurs. Ce recueil est le cri de cet homme qui a souffert et qui continue de souffrir au 21e  siècle. Il se termine par un vœu, celui de voir les Négro-africains se lever comme un seul homme pour se débarrasser de leurs oppresseurs. Complaintes est ce qu’on appelle un poème engagé.

Comment vous-êtes-vous mis à l’écriture ?
C’était à l’internat à Sona-Bata, une petite bourgade située dans la province du Bas-Congo à 80 km à vol d’oiseau de  Kinshasa. C’est là que j’avais fait mes études secondaires. Nous avions une revue scolaire et je faisais partie de l’équipe rédactionnelle. Nous avions la tâche de corriger les textes que nous envoyaient les autres élèves avant publication. Cette opportunité m’a permis de coucher quelques poèmes et articles. Ma rencontre avec l’écriture date de cette époque. Ce fut un coup de foudre. Et depuis, je n’ai cessé d’écrire. Depuis, la plume est devenue ma fidèle compagne. Depuis, nous ne nous sommes plus quittés. Elle et moi, c’est une idylle de plusieurs décades. Elle et moi, c’est un problème de cœur. Elle est ma complice. J’ai même fait des émules dans la famille, car mon neveu Gilles-Espoir Mahoukou est à son tour devenu écrivain.

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour écrire ce poème ?
L’actualité et ma vie de tous les jours m’ont inspiré dans l’écriture de ce poème. Car je ne pouvais rester indifférent devant tout ce qui tourmente ma race. Comment ne rien faire quand on est soi-même victime des dérapages à caractère raciste ? Comment rester atone devant cette injustice banalisée? Ce que j’ai moi-même constaté, entendu, vu et vécu a été ma source d’inspiration.

Pourquoi avoir choisi la poésie ?
Parce que la poésie est de la peinture écrite. Parce que mieux que les autres formes littéraires, cet art du langage  permet à l’auteur d’étaler ses sentiments dans un mélange intense des locutions et d’émotions. Les mots y prennent des colorations multiples et des formes variées aussi des touches et des connotations imagées. Le verbe qui cadence la ronde de la pensée porte les attributs d’une luminosité éclatante. Les vers se mêlent à la prose pour rythmer les idées qui allègrement voguent dans les vagues de l’écriture. Certaines grandes causes n’ont-elles pas été défendues par la poésie ? Les courants littéraires ou artistiques tels que le dada, le surréalisme ou même le mouvement de la négritude l’ont eu pour socle. La poésie étant un luth, j’ai voulu gratter sur ses cordes pincées pour psalmodier les complaintes de l’homme noir avec force et volupté.

A quels lecteurs s’adresse votre ouvrage ?
Mon ouvrage n’est pas sélectif. Il s’adresse aux lecteurs de tous les âges, de toutes les races et de tous les continents. Les Négro-africains ne vivent-ils pas dans toutes les contrées du monde ? Par delà les problèmes rencontrés par les Noirs, Complaintes entend aussi prendre la défense de toutes ces minorités visibles et invisibles dont les causes sont oubliées et longtemps jetées dans les poubelles de l’histoire.

Quelle serait la fonction première qu’un livre doit remplir auprès de ses lecteurs ?
Informer et éduquer. Le message contenu dans un livre doit avoir pour but de mettre en évidence une situation donnée. Il doit permettre aux lecteurs de comprendre le problème en présence. Ils en tireront à coup sûr une leçon morale ou une nouvelle façon de voir les choses. Avec le journal, il joue un rôle non mois important dans l’éducation et l’information des masses. En tout cas, le livre doit éviter d’être un dérivatif mais au contraire conduire les lecteurs aux confluents de la vérité.

Si vous deviez définir la poésie en quelques vers
Voici plutôt un acrostiche en guise de définition :
 » Pan de l’art d’Orphée
Où le vers rythme le langage
Esthétique littéraire
Synchronisée par des rimes orfévrées qui
Inondent l’écriture par ses alluvions abondantes
Et qui l’ encensent de lyrisme et d’élégance  »

Quels sont vos futurs projets ?
Ecrire encore et toujours mais sur des thèmes variés ayant trait à certains problèmes de société.

Un mot pour vos lecteurs ?
J’ai besoin de leurs suggestions car elles m’aideront à m’améliorer. Je les invite aussi à lire Fleurs d’hivernage et Le rêve infini, les deux ouvrages que j’avais écrits précédemment.