Tag Archives: coïncidences tome 2


L’auteur à succès du mois de janvier : Fabrice D’anna

Nous avons le plaisir de vous présenter « L’auteur à succès du mois », Fabrice D’anna et son ouvrage Coïncidences – Volume 2 qui s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires. 

Quand et comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
Cela date de 1984. Le thème principal de l’histoire m’est venu spontanément. J’ai la chance d’avoir un père, metteur en scène de cinéma. Donc, je baigne dans tout cela, depuis toujours (lecture de scénarios, littérature française et américaine, présence sur les plateaux de tournages…etc ). Comme on dit familièrement : je suis tombé dedans, tout petit ! Donc, Un soir, nous avons dîné ensemble (mon père et moi), et je lui ai parlé de mon projet. Il m’a répondu que l’idée était formidable, et qu’il fallait l’exploiter. J’ai conservé l’idée, mais la maturité de l’écriture ne m’est venue que beaucoup plus tard. J’ai donc réalisé ce projet, 20 ans plus tard…en 2005. J’ai repris cette idée qui datait de 1984, et j’ai entamé l’écriture de  » L’antichambre de Samuel « . Cette écriture fut interrompue, pour raisons de famille, pendant près de 7 ans. Je l’ai alors sorti de nouveau des tiroirs, et fait publier.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
J’ai souhaité publier  » L’antichambre de Samuel « , puis  » Coïncidences « , car il s’agit avant tout d’une sorte d’exutoire. D’un côté, j’ai eu la chance d’avoir un père, réalisateur de films…mais, d’un autre côté, j’ai cruellement manqué de la véritable présence de ce père, pendant une longue période de ma vie. Cette trilogie parle bien-sûr de ce manque, et développe la relation entre un père et son fils. Il traite du problème des générations, et inscrit un souffle de vie sur près d’un siècle d’expérience. On saute de génération en génération, à travers ce souffle épique…avec toutes ces vérités cachées, ces lapsus, ces non-dits, que l’on trouve dans la majeure partie des familles.
J’ai pris un véritable plaisir à mettre le doigt où ça fait mal. Un vrai thème de réflexion. Je l’ai souhaité intense et poignant.

Q’avez-vous écrit et publié jusqu’aujourd’hui ?
J’ai donc sorti  » L’Antichambre de Samuel « …et prévu donc, un tome 2 :  » Coïncidences « , qui a suivi. Le troisième et dernier volet de cette trilogie :  » Enfance  » est achevé, et part chez vous pour la création du livre, dans la fin de semaine…voire, semaine prochaine. Dans la foulée, un tome 4 (compilation des 3 volumes, en 1 seul), qui s’intitulera  » SAM « , devra suivre, juste après.

Pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
Je vous ai connu, à travers le salon du livre de Eu. Je travaillais déjà à l’époque avec une autre maison d’édition (plus petite que la vôtre )… J’ai donc souhaité mettre fin à ma précédente collaboration, car ils ne pouvaient me suivre, où je souhaitais aller. La différence demeure dans le fait que chez Edilivre, il y a la structure qui permette de belles évolutions. Il y a un véritable soutien… Un bel accompagnement, et des projets intéressants. Avec vous, je sais désormais, que j’aurai cette faculté d’aller aussi loin qu’il est possible d’aller. Actuellement, un projet de signature est en cours de réalisation, pour un référencement national de l’ensemble de mes ouvrages, sur Carrefour France. Attention ! Cela n’est pas encore fait…mais, en très bonne voie ! Donc, cela veut dire, une commande de 20 à 50 livres par enseigne…sur près de 400 à 700 enseignes ! Faites le calcul. Je sais que vous me suivrez sur ce projet. Ensuite, lorsque ce sera fait, je m’attaque à Cultura, puis la FNAC.
Et si tout se passe comme prévu…extension sur Carrefour monde (j’en demanderai également le référencement !) …cela veut dire : distribution sur 11900 sites, dans le monde, et traduction en 28 langues. Une discussion est prévue avec mon père, pour un projet d’adaptation TV. Voilà ! C’est ambitieux ! Mais, dans la vie, il faut voir  » grand « , et vouloir être le meilleur…pour le devenir ! Rien n’est inaccessible !

Pourquoi avoir choisi le service « couverture personnalisée » ? Qu’a-t-il apporté à votre livre ?
Pour moi, la couverture est l’âme du livre. Elle en est le reflet. Elle est ce que le lecteur regarde en tout premier lieu. C’est comme une affiche de film. Elle doit attirer l’œil. C’est vital !
J’aurais donc tendance à conseiller à tous les auteurs de personnaliser leur couverture. Car un livre demeure aussi un bel objet. Dès qu’on le possède, il fait partie intégrante de votre vie, et vous accompagne dans tous vos moments d’évasion. C’est un ami. Un soutien. Un être bienveillant ! Il doit représenter quelque chose. Il ne doit pas demeurer anonyme et plat. Sans relief.
Il doit faire éclater votre personnalité.

Comment avez-vous fait la promotion de votre livre (amis, médias, événements, blogs, forums, réseaux sociaux…) ?
En général, je me déplace beaucoup, et je passe la majeure partie de mon temps au téléphone. Je connais personnellement un bon nombre de médias…Télé, radio et journaux. J’ai déjà fait de la télé et radio.
Une seule chose : il n’y a pas de recette miracle ! Il faut avoir une bonne ténacité et persévérance. Il ne faut pas avoir peur de l’échec, et savoir oser ! Ne pas hésiter de franchir les portes et les obstacles.
On ferme une porte ! Il faut en ouvrir une autre.
La persévérance c’est  » l’ambition ! « . Et l’ambition, c’est comme le sourire au téléphone. C’est le premier atout commercial. Il se communique !

Quels sont vos projets d’écriture à venir ?
Il y a eu :  » L’antichambre de Samuel  » et  » Coïncidences « . Va suivre :  » Enfance « , et  » SAM  » (regroupement des 3 volumes constituant la trilogie, en 1 pavé de 550 pages ).Ensuite, je pense que je vais me consacrer à l’écriture de  » polars pour enfants « …Ce thème n’a encore jamais été exploité. Il s’agirait d’une sorte de Harry Potter moderne, et non fantastique.
J’ai d’ores et déjà quelques idées.
J’ai pour projet de réaliser 1 à 2 livres par an.

Écrivez 3 conseils que vous pourriez donner aux auteurs Edilivre pour les aider à écrire et à promouvoir leur livre ?

– Ne pas hésiter à faire du porte-à-porte, pour se faire connaitre (Contacter par téléphone les librairies )…souvenez-vous du  » maître-mot : OSER !. C’est la base de tout. Après, bien évidemment, c’est le talent et la qualité de travail qui font le reste.
– Contacter la presse…Sans bon article, il ne peut y avoir de réelle promotion. Je crois même, que c’est ce qui doit être fait en premier lieu ! Et se constituer une sorte de portefeuille de contacts.
– Etre présent le plus possible sur des dédicaces…et surtout, réussir la première : au moins 20 livres vendus en une journée (c’est le minimum à réaliser, pour être crédible sur la valeur de son ouvrage !).

En résumé, le tout est d’allumer la mèche. Après, logiquement, le reste doit suivre !