Rencontre avec… Viavie

VIAVIE, vous avez déjà publié deux ouvrages chez Edilivre à savoir Le canard jaune et Une femme si ordinaire. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces deux livres ? Le Canard jaune est très intime, il parle de mon parcours avec la maladie de ma famille, l'alcoolisme dont beaucoup de gens se taisent sur le sujet, je voulais de cette façon briser le tabou familial et à la fois l'écrire pour qu'il me soit libérateur. Une femme si ordinaire est une pure fiction, j'ai eu en effet la chance de ne pas connaître l'enfer de la maladie du cancer et entre autre celui du sein, encore une fois, je voulais briser le tabou de ce cancer, avec toute la féminité mise de côté, la peur d'en parler, et à la fois dans toute la mesure du possible tenter par Jeanne l'actrice principale du livre, de dédramatiser le vécu des soins et donner l'espoir à ces femmes le combattant ... Quel est le livre dont vous êtes le plus fière ? Le Canard Jaune puisque j'ai réussi au mieux à exorciser le mal qui me rongeait et me ronge encore face à ce fléau qui touche de nombreuses familles, que l'on considère comme une tare, un vice, mais dont on oublie que tous les gens victimes de l'alcoolisme sont arrivés face à cette pathologie pour plusieurs raisons mais qu'on rejette par notre société en disant juste .... Ce sont des alcooliques, pas de temps à perdre .... Et pourtant, ne devient pas alcoolique qui veut et pas par plaisir ... Ce livre est un hommage à mes parents. Sylvie, ma mère , décédée à 29 ans, Michel, mon oncle, décédé à 32 ans , Daniel, mon père , décédé à 55 ans , tous trois décédés de ce fléau. Pour vous, est-ce primordial de faire passer un message aux lecteurs à travers vos livres ? oui, tout à fait, le message sur ces deux ouvrages reste l'ESPOIR. Tomber 7 fois, se relever huit .... Toujours se battre, toujours avoir l'envie, la rage de vaincre, voici mes messages. Comment expliquez-vous ce dévouement pour l’écriture ? J'écris depuis très jeune, pour moi c'est un effet libérateur, un effet immédiat de joie de pouvoir écrire et faire passer un message. Pour moi ne pas écrire m'est impossible. C'est une de mes passions. Quel est le plus beau compliment que l’on vous ait fait sur vos ouvrages ? Que j'ai du talent, je crois que c'est le plus beau compliment. A quel auteur rêveriez-vous être comparée ? Philippe Djan. Un troisième livre en perspective ? L'ANGE DECHU qui sera la suite du Canard Jaune dédié à mon père décédée en 2008.    

    Commentaires