Interview écrite


31 octobre 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Sarah Clairier, auteure de  » Le mal-heur(e) d’aimer « 

Sarah_Clairier_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
Le « mal-heur(e) d’aimer » est né d’un évènement passé, qui s’avère rester une douleur au fond de moi mais qui ne m’affecte plus au quotidien.J’ai su surpasser cette mauvaise passe en grandissant car j’étais face à un mur qui m’empêchait de profiter pleinement de la vie. Je ne peux nier et oublier à tout jamais, ce qui m’a enchaîné pendant plusieurs années, puisque tout me rappelle et s’associe à mon être. Aussi amère soit-elle, elle sera inlassablement présente et demeurera éternelle en ma personne.

Le titre de votre ouvrage suggère que l’amour est une douleur. Ce thème vous inspire-t-il particulièrement ?
L’amour est le sentiment le plus inévitable qui soit, chaque personne en son existence n’a pu en être inconnue, que l’on soit caractériel ou non, nous ne pouvons nous en détacher. L’amour est un tout dont la vision que nous abordons est différente, un thème sur lequel nous pouvons nous tenir sur l’infini. Cependant je ne prends pas l’amour comme une douleur au premier degré, car à mes yeux l’amour est indescriptible. Il va au-delà de toutes les douleurs et sait d’une certaine manière les camoufler lorsque cela devient insupportable, c’est la force qui nous libère du ciment dans lequel nous pouvons nous trouver parfois.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je puise mon inspiration dans l’éveil de mes sens, mon 6ème est assez favorisant, mais je ne m’appuie pas essentiellement dessus, je laisse mon esprit s’évader d’un rien à un tout, aussi spontané que cela me ressemble, aucuns faux-semblant ne s’y mêlent. J’ai la pleine maîtrise de l’ensemble de mes émotions aussi fragiles et fortes qu’elles apparaissent.

De quel personnage de votre roman vous sentez vous la plus proche ?
Le personnage de mon roman qui se rapproche le plus de mon entier est une moitié avec une autre, à savoir : David  et Sterna. Les moitiés qu’ils sont à eux 2 respectivement, se complètent d’un tel naturel que cela pourrait en être troublant … Ces deux cas de figure sont la preuve qu’un rien est possible, qu’un désaccord a le don de s’accorder avec un second … Comme seule réponse, je ne peux que vous répondre : la contraction de leurs prénoms formant une seule et même personne, deux âmes dans un même corps.

Votre prologue est une poésie. Quel rapport entretenez-vous avec ce genre littéraire ?
J’entretiens avec la poésie, une intimité qui n’a aucune pudeur, ma liberté d’expression se laisse aller … Mon esprit lunatique s’adonne dans l’obscurité à la lumière du jour. Quel que soit le sentiment qui s’y apprête, également les textes mélodiques qui sommeillaient temporairement, ces derniers étaient sur la balance des sonorités qui se jouaient en moi. Je couche mes mots sur l’un des plus appréciables supports qui puisse exister.

Quels sont vos projets d’écriture pour la suite ?
Mon second projet d’écriture est pratiquement sur le même registre que sur mon premier ouvrage, pour ne pas évoquer l’exactitude de ce que j’ai déjà abordé, de plus cela ne me concerne pas uniquement, c’est d’autant plus ouvert qu’il n’y paraît. J’ai précédemment laissé échappé qu’aucun être ne pouvait y être indifférent, ceci dit chacun est libre et je tiens à le souligner de se sentir ou non concerné, l’évidence est générale mais n’impose nullement d’obliger à découvrir les points de vue différents qui seront en contact direct avec ce que la nature a conçu et a amené à nous pour faire ce que nous sommes.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Chaque particule que vous découvrirez de la bulle dans laquelle je m’étais malgré moi enfermée vous sera chaleureusement ouverte, aussi débordante qu’elle sera, les encres de mes émotions se partageront avec vous, avec chaque lecteur qui voudra bien se laisser plonger dans la curiosité, de ce que j’apporterai avec une certaine intrigue. Je ne serai pas offusquée, si vous pensez utile de laisser trace de vos jugements, ce sera tout à votre honneur, un lecteur est une personne digne de confiance et qui est la mieux placée pour faire entendre son cheminement aux ouïes intéressées ou non. C’est avec toute mon attention que je serai ravie de vous rencontrer prochainement lors d’évènements et de rencontres imprévues, ce sera d’autant plus agréable.