Interview écrite


philippe bouchat_edilivre
22 février 2017
Posté par
Flora

Rencontre avec Philippe BOUCHAT, auteur de « Éloge du libéralisme ou La Joie d’être chrétien»

philippe bouchat_edilivreDans quelle région habitez-vous en France ? Sinon, dans quel autre pays ?

J’habite en Wallonie, belle terre francophone de Belgique. Plus précisément, j’habite dans la commune de Hamois, dans le Condroz, en province de Namur, région où la langue wallonne est encore vivace.

 

Présentez-nous votre ouvrage

Tout d’abord, laissez-moi vous dire l’honneur et le plaisir que j’ai à vous dire que mon essai est préfacé par Charles Gave, l’emblématique président de l’Institut des Libertés, écrivain, chef d’entreprise, investisseur, croyant : un homme complet pour qui j’ai énormément d’admiration. Le plaisir, l’honneur et l’admiration sont également les mêmes pour le Père Sirico qui a accepté de postfacer mon livre. Le Père Sirico, prêtre catholique américain, est le patron du très influent du Lord Acton Institute, contributeur dans de nombreux journaux US (NYT, Washington Post, etc), professeur dans de nombreuses universités. Que ces 2 éminentes personnes aient accepté de partager mon aventure est gage de crédibilité et signe d’encouragement pour moi. Je les en remercie donc vivement !
En ce qui concerne l’ouvrage, la première partie constitue une histoire succincte du libéralisme, un exposé de ses principes fondamentaux, pour se terminer par une proposition de définition. L’objectif est de couper l’herbe sous le pied à ceux qui confondent le libéralisme avec l’ultra-libéralisme des requins de la finance qui font crever les peuples. Le libéralisme classique n’a rien à voir avec ces capitalistes pourris (crony capitalists) ! Il faut le dire avec force. Au contraire, le libéralisme est digne d’éloges. C’est ce que je démontre, exemples à l’appui.

La deuxième partie explique les dogmes fondateurs du catholicisme et ce qu’est la Joie véritable, qui n’a rien à voir avec le bonheur et le plaisir béats qu’on nous impose. Loin d’être cette religion mortifère que ses détracteurs attaquent, le catholicisme est au contraire source de vie, mieux même : incarnation de la Vie elle-même ! Le catholicisme est source de Joie et j’illustre cette affirmation également avec des exemples.

La troisième partie de mon essai est un appendice nécessaire sur la laïcité. Une lecture trop rapide de mon livre pourrait faire croire que je milite pour le retour à la chrétienté où l’Eglise régentait les vies, les consciences et les coeurs de tous les citoyens. Rien n’est plus faux ! Le libéralisme a besoin selon moi du socle du catholicisme pour éviter de se dévoyer dans la licence, cette fausse liberté liberticide. Mais, réciproquement, le catholicisme a besoin du libéralisme pour éviter que ces dogmes soient mortifères et empêchent de voir l’essentiel : l’appel à la Liberté dont le Christ est à la fois l’incarnation parfaite et le meilleur éducateur. Or, cette relation mutuellement dépendante n’est possible que dans le cadre d’une laïcité intelligente, c’est-à-dire qui milite pour le respect de l’Etat et des religions, et non qui milite contre les religions pour imposer la secte nuisible des laïcards obtus.

Dans une quatrième et dernière partie, je tire les conclusions de ce qui précède. Puisque seul le catholicisme et le libéralisme véritables peuvent nous aider à résoudre nos problèmes, en tant que vecteurs de la vraie Liberté, alors il faut bien en conclure que toutes les idéologies hostiles à la Liberté, au libéralisme et au catholicisme, doivent être combattues avec force. Donc, sus contre le socialisme qui n’est rien d’autre qu’un cancer de nos démocraties dont il faut stopper les métastases.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Cela faisait plusieurs années que l’envie d’écrire me titillait. Et puis l’élection de François Hollande à la présidence de la République française, le 6 mai 2012, a été le déclencheur. Je pressentais la catastrophe qu’allait être son quinquennat. Je savais les atteintes à la liberté et aux fondements de notre civilisation dont il allait être l’auteur. Il fallait donc que je prenne la plume pour rappeler que la civilisation occidentale en général et la civilisation française en particulier se fondent sur la Liberté. C’était une question morale : je n’aurais pas été en paix avec moi-même si je n’avais pas écrit ce livre.

 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

A tout le monde ! Mon souci a été de faire oeuvre de vulgarisation, de pédagogie, pour que cet essai soit accessible à tout un chacun. Plus particulièrement, il s’adresse à tous ceux qui veulent savoir ce qu’est la Liberté véritable et connaître ses porte-parole que sont le libéralisme classique et le catholicisme authentique.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Un constat, une espérance et un appel. Le constat, c’est que la méconnaissance de ce que sont le véritable libéralisme et le catholicisme authentique ont engendré non seulement de la méfiance vis-à-vis de ces deux courants, mais aussi et c’est plus grave la destruction de notre société, de ses valeurs, de son économie, de sa cohésion, sous les coups de butoir de l’idéologie socialiste. L’espérance, c’est que nos concitoyens comprennent que leur salut passe par la (re)découverte de la Liberté, seule apte à résoudre nos problèmes. L’appel, il consiste en un cri à ceux qui veulent défendre la Liberté, à embrasser sans réserve le libéralisme et/ou le catholicisme, dans une laïcité intelligente.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Jésus, maître es Liberté. Ainsi que dans les grands penseurs libéraux que sont Bastiat, Hayek, Milton Friedman. Enfin, j’ai une admiration presque sans borne pour Margareth Thatcher et le Général De Gaulle.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

J’ai deux projets en cours. L’un se veut une déclinaison du présent essai à des menaces actuelles comme le terrorisme, l’islamisme, le fédéralisme européen, l’explosion sociale, la dépendance énergétique, le relativisme et l’hédonisme. Ce projet est déjà bien structuré et j’ai déjà entamé l’écriture. L’autre projet est quant à lui encore en gestation et devrait porter sur la médiocratie, c’est-à-dire la dictature de la médiocrité dans tous les secteurs de notre vie contemporaine.

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Chers amis lecteurs, rien n’est possible sans vous ! Un livre aussi bon et intéressant soit il objectivement, s’il ne rencontre pas son public, il est une comme pierre qu’on jette dans l’eau : il coule vers le fond et est oublié à jamais. Vous l’aurez compris, mon livre est un essai militant, engagé. Il se termine par un vibrant appel à tous les amoureux de la Liberté, c’est-à-dire vous. J’aime le débat et la contradiction. Je suis donc tout prêt à dialoguer avec vous et à vous rencontrer.