Interview écrite


13 mars 2014
Posté par
Flora

Rencontre avec Patricia Haton, auteure de « Les Âmes tranchées »

Présentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Il s’agit d’une famille issue de l’Aveyron dont les trois fils se trouvent embarqués dans le tourbillon de la Première Guerre mondiale, particulièrement durant la guerre de tranchée.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
En hommage à mon grand-père maternel et à tous les poilus marqués par cette brutalisation.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
A tous les lecteurs, y compris des élèves de 3ème et de 1ère, puisque cela concerne leur programme d’histoire.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
C’est un livre très accessible, y compris pour les lecteurs n’aimant pas particulièrement l’histoire. Il se lit facilement, ne comporte que 250 pages environ et raconte aussi l’histoire d’une famille confrontée à la guerre, l’immense affection qui lie les trois frères, et leur vie amoureuse pour certains.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
La difficulté de survivre au quotidien dans une tranchée dans des conditions extrêmes (froid, faim, absence d’hygiène…), le patriotisme et le don de soi. Il y a aussi chez ces combattants de profondes séquelles psychologiques.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je suis professeur d’histoire depuis 25 ans et les deux guerres sont mes périodes de prédilections. J’avais déjà lu de nombreux livres sur la Première Guerre mondiale.
Les recherches ont été faites tant dans l’Aveyron, qu’à la BNF ou dans la lecture de lettres de poilus ou de passages de journaux de l’époque. Les films sur cette période m’ont aussi aidée. .

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je poursuis avec certains de mes personnages des « Âmes tranchées » la vie de cette famille aveyronnaise durant la guerre 39-45. Quelles furent leurs décisions : attente passive, engagement dans les maquis pour certains, collaboration avec l’ennemi pour d’autres…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J
’espère que lors de la lecture, pour quelques heures, vous ressentirez et partagerez la vie de mes poilus.