Rencontre avec Olivier DAHYOT, auteur de « Pour le Best, c’est l’heure ! »

 

Présentez-nous votre ouvrage.

Un livre qui peut faire sourire : Il est doté d’une structure narrative peu banale. Je jongle avec les rimes, les jeux de mots et autres expressions (dans cet ouvrage ils y figurent en abondance) toujours avec de la subtilité, autodérision et élégance.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Un peu pour les mêmes raisons que le chanteur Renaud dans sa chanson « Docteur Renaud, Mister Renard », principalement pour amuser, pour émouvoir. Pour apporter un peu de bonheur aux personnes, que celles-ci puissent rire davantage… Je trouve en effet, que dans la société actuelle, les gens ne rient pas assez, ils sont même parfois très tristes. « Sans déconner », ils ont besoin, pour se détendre et plaisanter, de comiques, d’humoristes. Je voulais également montrer que l’on peut se démarquer par son style, son originalité et qu’il est heureusement possible avec de l‘humour de casser des codes, de sortir des formats préétablis dans l’écriture lorsque l’on choisit les bons mots et que l’on reste bienveillant dans le message que l’on veut faire passer. Je remercie en ce sens ma maison d’édition Edilivre de m’avoir accordé une chance de me faire connaître, et reconnaître, par la même occasion.

 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Mon ouvrage s’adresse à la base à un public qui n’a pas, ou plus, le goût pour la lecture. J’estime écrire avec humour, qui plus est, des textes courts. Il s’adresse globalement à « Monsieur Tout le monde », aux jeunes et aux moins jeunes à condition d’avoir quelques références issues de la culture populaire, audiovisuelle, c’est essentiel.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

J’évoque dans certains de mes textes mon parcours. Ce n’est pas parce que l’on a ou que l’on a eu un souci de santé , que l’on ne peut pas vivre et faire avec pour mieux rebondir et réussir parfois même mieux que des personnes pour qui, tout a toujours été dans le meilleur des mondes. On peut toujours s’en sortir si l’on positive et que l’on prend les choses du bon côté. Rien n’est jamais perdu d’avance…L’important étant de s’accrocher et de croire en soi, en ses capacités !

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

J’ai toujours eu beaucoup d’humour. J’apprends énormément de ce que je vois, de ce que fais aussi dans la vie de tous les jours. A chaque fois que cela ne va pas, j’essaie de positiver, de dédramatiser lorsque les situations qui se présentent à moi sont inconfortables, difficiles. Tel Audiard, d’autre part, je suis plutôt attentif à ce qui se passe autour de moi, aux ragots, aux bruits de couloirs lorsque je suis en manque d’inspiration et que je veux compléter et/ou terminer mes histoires.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je travaille actuellement sur un projet de film avec le Groupe d’Entraide Mutuelle de Vannes qui a pour but de sensibiliser les personnes sur la maladie psychique. J’ai participé activement avec l’atelier vidéo de cette association à l’écriture des scénarios. J’ai donné beaucoup d’idées. Reste désormais à pouvoir passer à la réalisation de celui-ci… Pas forcément évident, espérons que nous y arrivions puisque cet éventuel futur film me tient à cœur, il a une mission d’intérêt général. Je continue par ailleurs bien évidemment, d’écrire. J’ambitionne de publier un deuxième livre dans le même esprit que le premier. Mais rien ne presse, je ne veux pas publier de nouveaux textes trop rapidement. L’important, c’est le résultat ! Je prends le temps de réfléchir, de trouver de bonnes idées pour ensuite au mieux les retranscrire.

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Vous êtes sans conteste les meilleurs, mes « Best » et si mon ouvrage devenait effectivement un jour, un best-seller, ce serait pour moi, grâce à vous, mes lecteurs, le pur bonheur…