Accueil


16 mai 2019
Posté par
Karen

Rencontre avec Nader M. Jelassi, auteur de « Quand es-tu ? »

 

Présentez-nous votre ouvrage.

« Quand es-tu ? » est un roman très particulier qui est difficile à ranger dans une catégorie précise. Cela commence par un crash d’avion, pas loin de New York, où les deux seuls survivants sont entre la vie et la mort. Etrangement, les mêmes protagonistes se réveillent intacts dans, ce qui semble, être des univers parallèles, une sorte de reproduction de New York. On va alors suivre trois histoires parallèles : celle de chacun des deux survivants et celle de leur ami en commun qui essaie de comprendre ce qui est arrivé et à faire le lien entre les histoires parallèles.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Pour ce troisième roman, j’ai voulu mettre l’accent sur le fantastique, la conspiration, les expérimentations scientifiques qui vont loin, au détriment du genre policier. J’ai une grande passion pour les univers parallèles, ce fantasme où on imagine qu’on possède tous un double quelque part. Je voulais également mener en bateau le lecteur et lui réserver la fin la plus inattendue qui soit, qui remettra tout ce qu’il a lu en question. Je mets au défi les lecteurs de deviner la fin et de comprendre le lien entre les différentes histoires.

 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Contrairement à mes deux précédents romans, ce livre n’a pas de cible particulière. Il regroupe des thématiques universelles : science-fiction, fantastique, aventure, amour et amitié. Mais il s’adresse particulièrement aux amateurs de conspiration gouvernementale et expériences effrayantes.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Que certaines expériences scientifiques, aussi utopiques semblent-elles, peuvent aller loin et mettre les êtres humains en danger. J’ai voulu jouer avec l’auteur jusqu’au bout pour qu’il se méfie des apparences et découvre la vérité au fil des pages.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Pour ce roman, je me suis inspiré d’un projet de la NSA qui existe réellement, et je l’ai complété à partir de ma propre imagination et à partir de lectures. Concernant le découpage du roman et la manière de raconter l’histoire à travers plusieurs personnages, je m’en suis inspiré à partir du génial roman « Soufi mon amour » d’Elif Shafak.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je suis en train d’écrire mon quatrième roman qui est une auto-fiction que je voulais faire depuis très longtemps. Ensuite, je me remets sur un livre policier dans la même veine que « La mémoire imaginaire ».

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je ne suis peut-être pas l’auteur le plus lu de Edilivre mais j’ai les lecteurs les plus fidèles et les plus enthousiastes à la sortie de chaque livre. Je voudrai donc les remercier et je tiens à leur dire qu’ils auront une place particulière dans le prochain roman, mais je ne dis rien !