Interview écrite


Muhamat_Corbeau_Edilivre
2 novembre 2015
Posté par
Guillaume

Rencontre avec Muhamat Corbeau, auteur de « Le Serpent Corail »

Présentez-nous votre ouvrage ? Muhamat_Corbeau_Edilivre Le Serpent Corail réunit deux recueils de poèmes : Le Sceau de Salomon et Le Serpent Corail. Leur point commun est d’être composés par une suite de poèmes répondant aux règles d’une nouvelle forme fixe, qui donne son nom à chaque recueil. Je ne les décrirai pas ici, afin d’épargner au lecteur un long exposé technique, qui lui enlèvera le plaisir de les découvrir lui-même au fil des poèmes.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Paradoxalement, j’ai conçu deux nouvelles formes fixes pour mieux exprimer ma liberté. Nous sommes tous, plus ou moins, emprisonnés par des cadres, des règles de vie ; nous sommes tous, plus ou moins, asservis au quotidien, à sa morne répétition. Cet ancrage dans la réalité du quotidien correspond aux règles d’une forme fixe, qui nous rappelle sans cesse ses lois, pour nous forcer à actionner sa monotone mécanique.
En respectant ses règles, je ne cherche pourtant pas à m’emprisonner davantage dans le quotidien, mais bien à m’évader du cadre fixe de l’existence, auquel je ne peux, en principe, me soustraire. Pour me libérer de la matière, je prends appui sur elle.
Cette évasion est possible car la forme fixe renforce la musique d’un poème, en en faisant sonner tous les accords. Le respect d’un schéma de rimes, c’est-à-dire d’une suite d’accords, le battellement de leurs notes, leurs croisements, les multiples percussions de leurs rythmes, leurs explosions sonores, permettent d’unir les figures des images avec de multiples mélodies. Le cadre du poème peut ainsi donner son armature à un feu d’artifices, qui explose au son d’une musique unique ; la voix du poème s’élève d’autant plus qu’elle est contrainte.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Le Serpent Corail s’adresse à tous. Le choix d’une forme courte permet de saisir le poème d’un seul regard, et le respect de la versification d’en retenir aisément la mélodie. J’ai attaché beaucoup de soin aux lignes mélodiques des poèmes, ainsi qu’à la netteté des images. J’espère ainsi toucher les mélomanes et les peintres de tous styles, et plus largement, tous ceux qui donnent une part de leur vie au rêve !

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
L’esprit peut ouvrir la fenêtre de la poésie, de la musique, de la peinture sur tous les murs qui nous emprisonnent.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je suis l’harmonie des mots et de leurs mélodies. L’harmonie des teintes, des couleurs aussi. La musique et la peinture m’inspirent en permanence.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je travaille sur un conte africain.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Pour sauvegarder notre liberté, ne fermons jamais notre cœur et notre esprit à l’Art.