Rencontre avec Muhamat Corbeau, auteur de « À la croisée des chemins »

Dans quelle région habitez-vous en France ? 
Je vis à Chambéry, en Rhône-Alpes-Auvergne.

Présentez-nous votre ouvrage ?
« À la croisée des chemins » est un conte de fée qui se déroule en Afrique. Un prince et une princesse, dotés de pouvoirs merveilleux, en luttant, l’une contre une sorcière, et l’autre contre un dragon, vont combattre la progression affolante du désert et les forces mécaniques de la guerre et de la destruction. En liant l’intemporalité traditionnelle du conte, qui se déroule in illo tempore, en ces temps-là, avec les terribles menaces que représentent le réchauffement climatique et la progression d’un terrorisme tentaculaire, j’ai voulu aborder par l’imaginaire une réalité si tragique, si douloureuse, si cruelle, qu’il devient nécessaire de lutter contre elle avec les armes du merveilleux.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Ce livre est une réponse, si humble soit-elle, aux menaces climatiques et à la barbarie de l’État islamique.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
J »ai conçu mon conte pour les enfants et les jeunes adolescents. Malgré la cruauté qu’il dénonce, le conte se déroule dans un monde merveilleux dans lequel les images habillent et rendent acceptable la réalité.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
« A la croisée des chemins » est un conte qui se termine bien. Les forces du Mal sont vaincues. Mon message est un message d’espoir. Je crois en la victoire des civilisations.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je puise aussi bien mon inspiration dans la réalité que dans l’imaginaire. Les deux sont étroitement liés dans le processus de la création.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je travaille à un roman autobiographique.