Rencontre avec Marie-Hélène Horent, auteur d’ « Un rêve tout rond »

Marie_Hélène_Horent_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Mon roman décrit une période charnière de la vie d’un jeune homme un peu à la dérive et auquel ses premiers succès footballistiques vont ouvrir de nouvelles perspectives.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
L’imagination ne peut pas rester confinée dans la tête. Il faut que les mots sortent un jour.

Pourquoi avoir choisi d’écrire sur le milieu du football ?
Le football, sport d’équipe par excellence et donc d’ouverture aux autres, suscite la passion. Il représente une école de la vie et de l’indépendance.

Qu’est-ce que votre titre signifie ?
Il représente les aspirations d’un jeune footballeur à l’aube de sa vie d’adulte, avec le ballon rond comme leitmotiv.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Il peut intéresser les lecteurs de tous âges, sauf peut-être les plus jeunes (moins de 12 ans) qui pourraient être choqués par certains passages.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Ce livre véhicule des pensées positives. Il s’appuie sur la légèreté, la gaîté et l’optimisme. L’action est soutenue et le lecteur ne s’ennuie pas.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Ce roman véhicule un message d’espoir et, d’autre part, de méfiance vis-à-vis de la pédophilie.

Quelles difficultés avez-vous rencontré en écrivant sur la pédophilie ?
Des statistiques existent sur cette déviance. Elles sont implacables et, de plus, probablement sous-estimées. Il faut pouvoir aborder ce sujet, tout en restant crédible et pudique.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Elle me vient de mon expérience personnelle, de mes lectures et de divers médias.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Ils sont multiples : un roman futuriste, un recueil de nouvelles et la suite d’Un rêve tout rond.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Je les invite à me faire part de leurs commentaires via le site d’Edilivre.