Rencontre avec Marcel Pellosso, auteur de « L’Épissoir »

Marcel_Pellosso_EdilivrePourquoi avoir écrit ce livre ?
« L’Épissoir » pourrait être une histoire vraie.
Au début, je ne souhaitais que raconter mes premiers pas dans l’industrie, où j’ai fait carrière jusqu’aux plus hauts sommets.
À 20 ans, j’étais monté à Paris, comme beaucoup d’autres, pour réaliser ce que je croyais être ma vocation de comédien. Le succès se faisant languir et afin de subsister, j’ai sollicité un emploi dans une grande entreprise.
À mon étonnement, j’ai découvert un monde dur, cruel, tissé de clans, peuplé de gens d’une folle ambition. Pour parvenir à leurs fins, ils fomentaient des complots, nourrissaient des intrigues qui n’avaient rien à envier aux plus grands succès du spectacle.
Soixante ans plus tard, je pris tant de plaisir à me remémorer certaines scènes qu’au fur et à mesure que le manuscrit prenait forme, le désir me vint de sortir du cahier de souvenirs. En voulant redonner vie à des personnages véritables approchés jadis de très près, j’ai souhaité aussi apporter une fin à des événements, qui auraient pu être d’une terrible violence s’ils n’étaient restés inachevés…

Présentez-nous votre ouvrage ?
Ce livre voudrait répondre aux questions habituelles, posées dans un roman à caractère policier. «Qui a tué ? Comment ? Pourquoi ?»
«Jeune homme ingénu, le narrateur, qui ne rêve que de gloire théâtrale, se trouve soudain confronté aux pires ennuis.
Un soir, dans un geste de pure charité, il a raccompagné à son domicile en grande banlieue parisienne, une dame inconnue qu’il avait prise en stop. Or, le lendemain, cette voyageuse est retrouvée chez elle, assassinée d’une balle dans la tête.
Accusé, il proteste avec la plus grande vigueur.
Ses recherches, pour établir sa défense, lui révèlent de noirs secrets dans son environnement. Il décèle même des failles au sein même de sa propre famille. Lorsque la vérité lui sera enfin dévoilée, poindra alors une autre inquiétude…»

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
L’ayant écrit avec soin, je serais heureux qu’il plût à tous ceux qui aiment la littérature.

D’où vous vient cette passion pour les romans à suspense ?
Tous les romans devraient être à suspense.
Quel immense plaisir de rester sur le qui-vive, durant des pages et des pages ! Il est si bon de se tourmenter au sujet de personnages plongés dans une situation gravissime. C’est un délicieux inconfort que de languir après l’entrée en scène du personnage-clé qui va enfin lever tous les doutes. Et, au bout de l’infernale attente, quel éblouissement quand l’auteur consent enfin à ouvrir en grand les portes du mystère !

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Je ne suis porteur d’aucun message.

Où puisez-vous votre inspiration ?
« L’Épissoir » est mon septième livre. Très éloigné de mes précédents ouvrages (des romans historiques), il est aussi le premier dans lequel j’ai usé de mes souvenirs.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Un livre fantastique est en chantier. Il aura pour titre «Un Saint en forme de poire»

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Grand merci de votre intérêt pour « L’Épissoir ».