Rencontre avec…Lauren Rulence

  Lauren Rulence, vous avez publié deux ouvrages chez Edilivre, Sentiments… et Devil. Pouvez-vous nous en parler ? Ce sont des histoires d’amour passionnel, je parle de différents sentiments que l’on peut ressentir lorsque l’on aime: la solitude, la dépression, le désir féminin, la passion, la joie d’être avec l’autre... Dans Sentiments... je mets en avant le thème sur la passion et la raison, je voulais montrer la complexité entre le coeur et la tête, la difficulté à choisir lequel suivre, à la fin du livre je finis sous forme de questions pour amener le lecteur à se les poser, à réfléchir. Devil c’est l’histoire d’une jeune femme qui erre dans les rues, elle est sans scrupule, elle enchaîne les aventures et certains hommes la paient, et elle aime vivre comme cela, elle ne croit absolument pas en l’amour, elle est un peu comme une prostituée, elle va tomber amoureuse et en quelque sorte cela va la sauver d’elle même. J’ai voulu montrer que certaines femmes aussi se servent des hommes, on dit souvent que les hommes sont tous pareils, qu’ils se servent des femmes... mais il y a également l’inverse il ne faut pas l’oublier, et que derrière cela, derrière cette façade, il y a des fêlures qui expliquent pourquoi certaines personnes ont ce comportement, même si cela n’excuse rien. C’est aussi un moyen de parler de sujet tabou tel que la prostitution Vos deux romans parlent d’amour, pourquoi avoir choisi d’écrire sur ce thème ? Je ne pense pas que l’on choisit vraiment les thèmes, il y en a où l’on va être plus inspiré que d’autres, et moi l’amour m’a toujours inspiré Vous êtes vous basée sur des expériences personnelles pour rédiger ces livres ? Non pas vraiment, bien sûr il y a quelques passages similaires, où j’écris ce que j’ai ressenti à ce moment là, par exemple un petit passage au tout début dans Sentiments... où je fais allusion à l’héroïne qui a eu une amie qui lui a piqué son petit ami, cela m’est arrivée, et également quand elle dit qu’elle ne voit plus son père, mes parents ont divorcé et je ne vois plus le mien non plus, il m’a souvent rejeté, et j’en ai souffert, c’est d’ailleurs à partir de là que j’ai commencé à écrire, j’ai toujours eu du mal à parler et écrire a été un moyen d’exprimer tout ce que je ressentais, cela me faisait du bien. Mais les histoires d’amour je ne les ai absolument pas vécu, j’ai tout imaginé, mais je pense que mes sentiments ont un peu reflété le caractère des personnages, lorsque j’ai écrit Sentiments... j’étais un peu triste au début, lorsque j’ai écrit Devil j’étais à ce moment là au début en colère Après avoir écrit un journal intime et de la poésie, qu’est ce qui vous a poussé à écrire des romans et surtout à les publier ? Plus on écrit et plus on s’améliore, j’ai eu des histoires qui me sont venues comme ça en tête, des gens aussi qui m’ont inspiré, j’ai commencé à écrire une phrase et puis par la suite je me suis aperçue que j’avais écrit une page, deux pages... et puis j’ai continué, écrire pour moi c’est vraiment une passion, c’est mon univers, mon échappatoire, mon oxygène, une liberté d’expression, j’ai besoin de rêver dans un monde qui n’est pas toujours facile. J’avais envie de voir ce que j’écrivais prendre forme, de les voir en livre, de tenir ces pages dans mes mains, c’est déjà énorme, je remercie Edilivre pour cela, et je voulais partager ça avec les gens Comment définiriez-vous votre style d’écriture ? Je pense écrire avec un langage simple, courant, accessible aux gens, un langage plutôt familier dans Devil qui peut déranger, je dis cela car mon entourage a été un peu surpris et un peu choqué par la façon dont j’ai osé écrire, très certainement parce que je suis vraiment l’opposée de mon personnage dans Devil, je ne suis absolument pas comme cela, je ne parle absolument pas comme cela. Je pense écrire d’une façon romanesque, je suis une rêveuse, je n’aime pas trop les demi-mesures, j’aime les sentiments touchants, intenses, d’où cette passion dans les histoires d’amour, j’aime les mots et leurs sensibilités Pour quels genres de lecteurs sont faits vos romans ? Ils sont faits pour les jeunes adultes et adultes, pour tous les rêveurs comme moi, pour tous ceux qui aiment les histoires d’amour, ils s’adressent à la sensibilité, aux émotions, j’espère toucher un maximum de personnes Avez-vous d’autres projets de livres en cours ? Oui je suis en train d’en écrire un troisième, il parlera d’une jeune adolescente dans ses débuts sentimentaux, et de deux jeunes femmes qu’elle rencontrera, elles lui parleront de leur histoire, l’une de la violence de son copain, c’est un moyen de parler de violence conjugale qui est un sujet encore tabou, et l’autre du choix qu’elle a dû faire entre trois hommes qui l’aimaient  et qu’elle aimait aussi, choix où l’on peut tous être confronté un jour. J’ai également aussi dans l’idée d’écrire une histoire d’amour sur un couple homosexuel

Commentaires