Rencontre avec L.H. Harper, auteure de  » La Tempête « 

LH_Harper_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
« La Tempête », c’est avant tout une tranche de vie. Une histoire simple, quelques mois dans la vie d’une femme, Emma, qui suite à un drame va se perdre sans même s’en rendre compte, va chuter lentement jusqu’au moment où tout bascule. Je pense que c’est une histoire dans laquelle de nombreuses personnes pourront se retrouver.

Votre récit prend place en Irlande. Quel est votre lien avec ce pays ?
L’Irlande était pour moi une évidence pour deux raisons. Tout d’abord, c’est un pays qui est dans mon cœur depuis plus de 25 ans, dans lequel j’ai vécu de nombreuses années. Je serai toujours partagée entre la France et l’Irlande. J’avais envie de décrire ces paysages qui me sont chers et familiers. Et puis, il y a aussi, dans ces paysages, une nostalgie, un côté brut, une solitude qui correspondaient à l’atmosphère que je voulais créer et à l’état d’esprit de mon personnage principal.

Qu’est-ce que votre roman nous apprend sur les relations humaines ?
Emma chute car elle s’enferme dans son drame et sa douleur. Parfois, il est compliqué de demander de l’aide et impossible de se relever seul. Parfois, on a tout simplement besoin des autres, de leur empathie et il arrive qu’une main se tende et qu’elle ne soit pas celle que l’on attendait. Cela fait partie des belles surprises de la vie de voir que des gens peuvent nous surprendre et être là alors que l’on attend rien d’eux, qu’on les connait même à peine. Un sourire, un mot, un geste peuvent être le déclic dont on a besoin pour s’en sortir.

Y-a-t-il un peu de vous dans votre personnage principale, une française exilée par amour et qui traverser une douloureuse épreuve ?
Oui. Comme Emma, je suis enseignante et passionnée par mon métier. Comme elle, j’ai vécu en Irlande par amour. J’ai aussi traversé des épreuves difficiles, comme beaucoup. Emma est douce, aimante et un peu naïve, je suis un peu tout ça aussi. A vrai dire, un court texte autobiographique est à la base de ce roman. Ce texte est devenu le prologue de « La Tempête ». J’ai eu ensuite envie et besoin de créer autour. Le reste, c’est donc l’histoire d’Emma.

Quelles lectures ou quels auteurs ont pu vous inspirer ?
Aucun pour « La Tempête » car ce livre ne ressemble pas à mes lectures. Je lis pourtant énormément et je cite de nombreux livres et auteurs dans cet ouvrage mais je l’ai fait en hommage.

C’est votre premier ouvrage. Cette expérience vous a-t-elle donnée envie de poursuivre dans l’écriture ?
L’écriture fait partie de ma vie. Tout comme la lecture et les livres. « La Tempête » est mon premier ouvrage abouti, j’en suis donc fière. Je travaille actuellement sur un deuxième projet, qui arrive à son terme. Ce roman est très différent, dans un esprit gothique avec un mélange entre le passé et le présent. Ce deuxième texte ressemble en fait beaucoup plus à mes lectures habituelles.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
J’espère qu’ils prendront plaisir à cette lecture et s’évaderont un moment jusqu’en Irlande. Les personnes qui ont lu « La Tempête » m’ont encouragée à aller au bout de mes prochains écrits et je les remercie de leur soutien qui m’est précieux.