Rencontre avec Jérôme Mbessa, auteur de « Mon monde »

Présentez-nous votre ouvrage.

C’est un recueil de plus de cinquante poèmes sur soixante deux pages au Format Roman (134x204mm), sur papier bouffant 80 g et, avec une couverture quadrichromie, 400g, et, disponible aussi au format numérique. Dans cette œuvre, je vous fais voyager dans un monde impitoyable qui est le mien parsemé de la guerre, des pratiques noires, de la dépravation des mœurs, du tribalisme, de la non véracité de la vérité, de l’amour et de ses sous entendus, et d’un peu de beauté de la nature.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Je l’ai écrit tout d’abord pour faire connaitre au monde certaines réalités que certaines personnes vivent et, ensuite, présenter d’une manière ou d’une autre la vie sentimentale qui n’est pas souvent aisée en général mais qui est un peu plus compliquée pour une catégorie de personnes , et, enfin, pour décrier toutes ces dépravations des mœurs qui depuis je garde au travers de ma gorge. L’une des meilleures façons de soulager ma conscience était donc d’écrire pour en partager avec le grand nombre possible.

 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Mon ouvrage s’adresse à tous ceux qui ont encore une bonne conscience, le respect d’autrui, l’éthique, et qui espèrent que l’on peut changer le monde.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Le message est celui de la réconciliation entre nous et notre conscience, entre nous et les autres, entre nous et la nature, et, entre nous et Dieu.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Mon inspiration prend source de mon vécu, du vécu des autres et de tout ce qui m’entoure.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Ils sont nombreux, mes projets d’écriture pour l’avenir. Déjà, je suis entrain de terminer une autobiographie qui, ma foi, avec l’aide du Tout Puissant, sera prêt d’ici peut. Et je souhaite revenir sur mes premiers pas qui sont la poésie avec un autre recueil de poèmes qui, lui aussi, est en cours. Pour ne que citer ceux là.

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Juste que, je suis leur serviteur. Et que leur satisfaction fera mon plaisir. Je suis tout ouïe aux critiques qui me feront grandir car, le meilleur reste à venir avec leur soutien incontournable sans lequel je n’aurai aucun goût de continuer.