Rencontre avec Jennifer Miramont, auteur de « 07h38 »

 

Présentez-nous votre ouvrage.

C’est l’histoire d’une femme qui, sans s’en rendre compte va tomber dans le piège de la violence conjugale. Entourée de ses amies et enfants, elle tente de garder la tête hors de l’eau, mais l’étau se resserre à cause de « Lui ».

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Il y a déjà eu beaucoup d’ouvrages sur ces situations dramatiques. Souvent noirs et autobiographiques. J’ai voulu ne pas effrayer le lecteur en optant pour un ton léger et insouciant, mais la psychologie de cet homme nous montre tout de même à quel point cela est dangereux. C’est une autre forme de témoignage. On dit souvent « mais pourquoi elle ne part pas ? Ce type est fou ! ». A travers les mots de cette femme, on comprend peut-être un peu mieux ses tergiversations à le quitter.

 

À quel lecteur s'adresse votre ouvrage ?

Il y a déjà eu beaucoup d’ouvrages sur ces situations dramatiques. Souvent noirs et autobiographiques. J’ai voulu ne pas effrayer le lecteur en optant pour un ton léger et insouciant, mais la psychologie de cet homme nous montre tout de même à quel point cela est dangereux. C’est une autre forme de témoignage. On dit souvent « mais pourquoi elle ne part pas ? Ce type est fou ! ». A travers les mots de cette femme, on comprend peut-être un peu mieux ses tergiversations à le quitter.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

La manipulation mentale, le chantage affectif, la perversité narcissique sont à fuir absolument. Mais il n’est pas facile de reconnaître ces personnes tant elles sont habiles. Tout n’est pas si simple. Ne pas juger, mais tenter de comprendre les femmes flanquées de ces vies-là.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Un peu partout. La vie est une source d’inspiration. Une musique, un reportage, un regard, une phrase…

 

Quels sont vos projets d'écriture pour l'avenir ?

Je viens de sortir mon troisième livre, un recueil d’histoires courtes intitulé « Spirale (Syn.) tumulte ». Pour le moment je réfléchis au thème du quatrième livre.

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Vous savez qu’un auteur ne peut vivre que si vous le soutenez. Alors en achetant ce livre, vous contribuez à faire exister une personne. Ce n’est pas rien. Merci.


Commentaires