Rencontre avec Hélène Korwin, auteure de  » Lucilla – L’Enfant des dômes « 

Lucilla_L'enfant_des_dômes_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
Lucilla, l’enfant des Dômes est plus qu’un roman, c’est une invitation à l’aventure.
Dans les premières pages, on découvre un monde imaginaire d’inspiration médiévale et les personnages principaux. L’intrigue peut commencer.

Comment vous est née l’envie d’écrire ?
J’ai véritablement commencé à écrire quand j’étais au CM2. Ce furent d’abord des poèmes, puis un récit de vacances à la campagne.
Au collège, je découvrais les grands auteurs de Fantastique et de science-fiction comme Arthur C. Clarke, Frank Herbert, Robert Silverberg, Gérard Klein, Pierre Pelot…), sans oublier les auteurs classiques (Balzac, Stendhal, Flaubert, Zola, Hugo).
Après avoir participé à mon premier salon du livre à Pau en 1989, pour un recueil de poèmes, je me suis lancée dans l’écriture de romans tous inspirés par l’univers fantastique.
Cette envie d’écrire ne m’a jamais quittée.

Qui sont les personnages de votre intrigue ?
Il y a deux personnages principaux, Lucilla et Colin.
Lucilla a 5 ans au début du roman. Son peuple peut voyager d’un monde à un autre, de façon quasi instantanée. Lucilla va utiliser ce pouvoir. Mais à 5 ans, elle ne le maîtrise pas. Elle va se retrouver dans un royaume soumis à un roi cruel. Un complot s’y prépare pour mettre fin à son règne. L’imprudence de Lucilla va bouleverser sa vie mais aussi celle de ses proches.
Colin est le deuxième personnage principal.
Lucilla a grandi, elle a 12 ans. En voulant fuir les soldats du roi qui la pourchassent, elle va rencontrer Colin. Il a 17 ans.
On les retrouve dans les tomes suivants.
Il y a aussi un lutin, Gnoll Igglefur. Fin cuisinier, confident de Lucilla. C’est un personnage clé, qui par sa présence, son humour devient rapidement indispensable, même incontournable !

Quel est le genre de votre écrit, fantastique, merveilleux ?
Les deux.
Fantastique, par ses royaumes et mondes imaginaires, les pouvoirs que possèdent certains personnages. Il y a aussi une prophétie et comme je l’ai précisé, un lutin.
Merveilleux, car ce roman apporte le rêve.
Et qui n’aimerait pas voyager d’un monde à un autre, de façon instantanée ?

S’adresse-t-il à un jeune public ?
On peut lire ce roman dès l’âge de 12 ans. Il faut cependant être un bon lecteur. Après, il n’y a pas de limite d’âge. Mes lecteurs sont des collégiens, des lycéens, des étudiants, les parents des collégiens, les grand-parents. Mon doyen officiel a 83 ans.

Quelle en est la tonalité dominante ?
On est dans l’épique, la quête où l’intrigue, les rebondissements, maintiennent le lecteur en haleine. On est dans le roman d’aventure.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
En un mot, lisez mes romans et communiquez autour de vous l’enthousiasme et la joie qu’ils procurent. Quatre tomes leur permettront de patienter avant les prochains. Un cinquième tome est en cours d’écriture et ce n’est pas fini !