Interview écrite


5 mars 2014
Posté par
Flora

Rencontre avec Hamed Bem Mokhfi, auteur de « Les Fossoyeurs »

Présentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
C’est l’histoire, finalement, d’un jeune enseignant qui va voir toute sa vie bouleversée par la mort d’un vieil homme, par des moyens qu’il ne maîtrise pas.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai voulu raconter ce qui me tient le plus à cœur : l’expérience de l’indicible, là où elle est la plus commune, en la religion. Et j’ai voulu montrer en même temps combien cette expérience entre en conflit avec la religion horizontale, c’est-à-dire le banal de la religion, celle qui repose sur la morale et la répétition de codes.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
En fait, le livre s’adresse à tous lecteurs, c’est-à-dire à tous ceux qui, par la nouvelle ou le roman, désirent apprendre de la psychologie des hommes, sur fond d’une belle intrigue, d’une écriture percutante et plaisante à la fois. 

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Ce
sont justement celles que je viens d’exposer. L’histoire est belle et émouvante, je veux le croire, et elle nous enrichit aussi sur la psychologie de personnages dans un milieu qui nous concerne tous d’une manière ou d’une autre, qui est la religion musulmane. Elle nous éveille donc à des problèmes immédiat, soit directement si l’on est de ce milieu, soit indirectement si l’on n’y est pas. Elle nous cultive.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
J
’ai voulu montrer combien volonté de puissance et expérience de l’ineffable s’opposent, à en devenir antagonistes. Pour tout dire, j’ai voulu montrer que la religion se scinde en deux aspects : l’un horizontal, défini plus haut, l’autre vertical avec tout l’irrationnel et le sens qu’il contient.

Où puisez-vous votre inspiration ?
E
lle est large, dans mes études puisque je suis spécialisé en philosophie des religions mais aussi chez Maupassant et Flaubert, entre autres, que j’apprécie tout particulièrement.

Quels sont vos projets d’écriture pour la suite ? 
Je préfère ne pas en parler dans le détail pour l’instant, mais disons que j’en ai.

Un dernier mot pour les lecteurs?
Si j’étais moi-même un lecteur et que je rencontre « Les Fossoyeurs », je dirais que c’est un livre qui aiguise ma curiosité.