Interview écrite


Gwendoline_Moirez_Edilivre
24 janvier 2014
Posté par
Flora

Rencontre avec Gwendoline Moirez, auteure de « Pulsion ou Raison »

Gwendoline_Moirez_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
C’est un roman qui traite dans le fond des choix que l’on peut faire au fil de notre vie et des conséquences qu’ils peuvent avoir sur notre entourage. Basé sur une histoire de vampires relativement à la mode, il reflète la pulsion (la soif sanguinaire et l’amour des personnages, leur caractère initial et leurs actes avant de se transformer) et la raison (le combat que les personnages mènent pour changer et s’améliorer afin de ne pas céder à leurs pulsions).

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
C’est une question compliquée mais j’ai toujours aimé y répondre. Je dirais qu’écrire est une seconde nature et que ce sujet s’est imposé à moi. J’aime donner vie à des personnages et trouver des solutions avec eux, car qu’est-ce qu’une histoire sans problèmes ou autres péripéties ? Ce livre reflète un peu ma vie, les choix qu’ont fait les gens autour de moi, ceux que j’ai fait. Dans le roman, le choix est immense. Vous vous imaginez devenir un suceur de sang alors que vous étiez jusque là végétarien ? J’ai écris ce livre pour passer une sorte de message, ou plutôt plusieurs petits messages. Pour mes proches ou simplement pour un lecteur qui saura les apprécier.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Je pense que mon roman s’adresse à tous types de lecteurs mais qui suis-je pour juger des goûts des gens ? Je vais donc tempérer et dire qu’il s’adresse avant tout aux lecteurs de romans fantastiques. Ils ne doivent pourtant pas s’attendre à un livre uniquement vampirique puisqu’il traite de plusieurs sujets différents. J’ai donc fait usage de passages relativement explicites. Cependant, je ne pense pas avoir dépassé ce qui est correct dans un livre de ce genre. Après tout, ce n’est pas un roman actuel de Sylvia Day mais bel et bien le mien.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Sans me lancer des fleurs, au risque de me prendre un pot sur la tête, je dirais que j’écris comme je parle. Je pense donc qu’il est relativement facile à lire. De plus, des amies m’ont dit que mes personnages semblaient plus vivants que dans d’autres œuvres d’auteurs connus. Ensuite, il suit la mode à la fois de loin et de près. De près, puisque les vampires sont à la mode depuis quelques temps. De loin, puisqu’ils ne vont pas le rester indéfiniment. Ces derniers temps, il me semble ce sont les histoires sulfureuses qui ont la cote.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Les messages que j’ai voulu transmettre sont que malgré les choix que l’on fait, on ne s’éloigne pas de nos sentiments premiers, on ne change que très peu au fil du temps, et les masques se fissurent ; que malgré la mort un être continue de vivre par l’amour qu’on lui porte et qu’il nous a porté vivant ; et qu’il faut toujours réfléchir aux conséquences de nos choix.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Si je dis partout, ce serait trop général même si c’est effectivement le cas. J’observe les gens, mon environnement, ou je marche simplement dans la rue et les idées me tombent dessus littéralement. Malheureusement, il faut que je les notes rapidement, sinon elles sont perdues. Ensuite, je fais un puzzle avec ces idées, je les assemble, les juge et tisse une histoire dessus. Parfois, une idée pour un roman germe dans mon esprit et je l’inclus dans une autre par manque d’idées complémentaire sou simplement parce qu’elle s’imbrique parfaitement dans l’histoire.
Les dizaines, voire centaines, de livres que je lis sont également source d’inspiration. Je m’aide de leur style d’écriture en cas de doute de formulation. Mais, généralement, je puise mon inspiration dans l’amour, la peine, dans la vie tout simplement. Un peu comme dans les poèmes, les plus beaux traitant souvent de la douleur. L’inspiration vient de ma passion, de la profondeur des sentiments que l’être humain peut avoir.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je viens à bout d’une trilogie vampirique dans laquelle je teste les limites de mon imagination sur des péripéties éprouvantes. Je dois finir un roman policier que j’écris principalement pour ma grand-mère et retravailler tout un tas d’histoire que je stocke sur mon ordinateur. Je dois dire que ça va sûrement me prendre du temps. Mais puisque j’ai besoin d’écrire comme de respirer, je pense que ça ne sera pas trop difficile. Mon projet est d’être lue par tous types de lecteurs et de pouvoir leur correspondre. A quoi bon se cantonner à un seul type d’écriture alors qu’on a tout en réserve ?

Un dernier mot pour les lecteurs ?
A vrai dire un mot c’est peu. Je souhaite donner le lien de mon groupe ouvert Facebook pour que je puisse obtenir leur avis : https://www.facebook.com/groups/626689337362041/
Je souhaite également ajouter du piquant à la lecture et leur donner le défi de trouver la part de moi que j’ai mis dans l’histoire. Qu’est-ce qu’une histoire si l’auteur n’a pas glissé un peu de lui-même dans ses personnages ? Certes, ça peut avoir été amplifié ! Merci !