Interview écrite


6 novembre 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Gilles Hommit, auteur de  » Le Haïku et le temps des cerises « 

Gilles_Hommit_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
J’essaie de fixer des instants de bonheur fugaces pour les retrouver quand je veux. (Comme certains font de la photo…)

Comment avez-vous découvert le haïku ?
Comme ça, de-ci de-là… et puis ma femme m’a offert deux anthologies de Haïku. (anciens et modernes).

Qu’est ce qui vous a séduit dans ce type de poésie très spécial ?
Avant de connaitre le haïku je faisais un quatrain où je mettais le maximum d’impressions : c’est un peu la même démarche. Le haïku est plus modeste et ne se fait pas remarquer au profit du fond comme un poème trop brillant. (Une rime trop fine…)

Votre livre est rempli d’illustrations. Était-ce important de lier image et écriture ?
Le bonheur vient de l’image : elle précède le texte. Mes mots sont imparfaits pour faire vivre l’image. Mes dessins simplifient les situations. C e sont des haïkus de dessins en quelque sorte.

Avez-vous des thèmes de prédilection ? Qu’est ce qui vous inspire ?
Un instant à saisir. Tous les bonheurs de la vie : décrire un papillon d’un seul quatrain… J’aimerais aussi faire un recueil de poèmes juste avec la poésie dans la science ; il y en a quelques-uns dans ce recueil.

Pouvez-vous nous improviser un petit haïku qui décrirait votre ouvrage ?
Des mots piègent
Les images furtives
Pour qu’elles vivent.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Je leur souhaite une lecture ludique… A petites gorgées…