Rencontre avec Fatou, auteur de  » Crimes de sang ou petites histoires à ne pas lire le soir « 

Fatou, présentez-nous votre ouvrage ?
Il s’agit d’un recueil de nouvelles toutes imaginaires et plutôt sombres. Elles ont toutes la violence comme point commun. De nombreux thèmes y sont abordés, comme le mariage forcé, le viol, les expulsions, le meurtre, les sociopathes etc…

Pourquoi avoir choisi ce genre littéraire ?
Les nouvelles me permettent d’aborder un maximum de sujet. Je ne me cantonner pas à une seule histoire. De plus la nouvelle est un genre me permettant d’aller directement à l’essentiel, à l’action. Il n’y a pas énormément de place pour les descriptions comme cela est possible dans les romans.

D’où vous vient votre inspiration ? 
D’un peu partout, d’histoires entendues, de mon travail, de la télévision etc… Il suffit d’ouvrir un journal à la page des faits divers pour se rendre compte que, malheureusement, la réalité est parfois pire que la fiction.

La plupart des victimes de votre livre sont des femmes, pourquoi ?
Car je souhaite dénoncer les violences, trop nombreuses et inacceptables, faites aux femmes. Trop de viols, trop de mariages forcés, trop femmes décédées sous les coups de leurs maris, trop de femmes brisées à vie. Il faut que cela cesse !

Vos dix histoires sont-elles que pures fiction ?
Oui. Heureusement, vu la gravité de certains faits. Mais comme je l’ai dit avant, la réalité peut parfois être plus horrible.

A quels lecteurs s’adresse votre ouvrage ?

A un public plutôt averti, car certains passages sont extrêmement violent et peuvent choquer les plus jeunes.

Quels sont vos auteurs de référence ?

Il y en a énormément. Pour n’en citer que quelques-uns, je dirais Harlan Coben, Mary Higgins Clark, Stephen King, Bernard Werber, Shane Stevens etc… La liste est longue…

Quels sont vos futurs projets ?
Ecrire et publier d’autres livres, si possible et évoluer dans ma carrière.

Un mot pour vos lecteurs ?
Merci à vous et n’hésitez pas à parler de mon ouvrage autour de vous 😉