Rencontre avec Fassar Maurice Sarr, auteur de « Premiers vers »

Fassar_Maurice_Sarr_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
« Premiers vers » est un recueil d’une soixantaine de poèmes sur divers thèmes, écrit par un jeune homme très timide. C’était à une période où ça ne marchait vraiment pas pour moi avec les filles. Mais, cet ouvrage ne concerne pas que les personnes de mon genre. Je l’ai aussi écrit de telle sorte que chacun puisse se mirer à travers ceux-ci, que l’on soit timide ou très assurant, en couple ou célibataire, croyant ou non, fidèle ou infidèle. Bref, j’ai essayé de toucher au plus profond de chaque personnalité en me mettant un peu dans la peau de ces personnes-là.

Comment la poésie est-elle entrée dans votre vie ?
Je dirais plus que ça s’est fait par le moyen de l’amour. Les premiers poèmes que j’ai écrits dans ma vie étaient des lettres destinées aux filles. J’avoue que j’étais (je le suis toujours d’ailleurs) un jeune homme très calme et timide, celui qui hésitait beaucoup avant d’avouer ses sentiments à une fille. Et, de ce côté, l’écriture et la poésie m’ont beaucoup aidé pour exprimer mes sentiments.

Quels thèmes vous inspirent le plus ?
Evidemment, le thème prédominant, dans mes poèmes, c’est l’Amour puisque c’est grâce à ce sentiment que la poésie est entrée dans ma vie. Certes, je m’intéresse aussi aux thèmes de la société, de la nature, de la religion et de l’être humain en général.

Lequel de vos poèmes est votre préféré et pourquoi ?
Dans ce recueil, mon poème préféré est Imagine un monde parfait (même si je sais qu’il ne peut pas y avoir de perfection sur terre). Un peu, à l’image des romantiques, j’y exprime un désir de voir un monde de justice, de paix et d’égalité…

Qu’est-ce que la poésie vous a apporté ? Vous a-t-elle aidée dans votre vie personnelle ?
Je peux dire que la poésie m’a aidé à extérioriser toutes ces choses que je n’arrivais souvent pas à exprimer verbalement dans ma vie, pour diverses raisons. Je peux aussi dire qu’elle est en quelque sorte une sorte de thérapie qui me permet de guérir des souffrances intérieures. En guise d’exemple, je vous renvoie à mes tristes poèmes du recueil Regret (Poème 15) et Quand tu m’as dit que tu ne m’aimes pas (Poème 28)

Vous rêvez de publier un roman. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
Oui ! Je rêve de publier un ou… des tas de romans. Pour ce genre littéraire, j’ai commencé un peu plus tôt à l’écrire, disons vers la classe de 5ème. De ce côté-là, j’ai finalement décidé d’y aller très lentement et de prendre mon temps, d’autant plus que l’une de mes plus grandes ambitions est de devenir un romancier confirmé, qui produira au moins un best-seller international avant de mourir. Bref, quand j’écris des romans, je me lance plein de défis. Pour le genre que j’écris le plus, je peux vous dire que ce sont, en général, des histoires fantastiques où tout est possible (j’aime étonner, émerveiller, transporter mon lecteur vers de nouveaux mondes). Je m’essaie aussi aux histoires d’amour, aux histoires pour enfants et un peu à la science-fiction. Maintenant, face à un tas de manuscrits que je garde dans ma chambre et des tas de projets, la question est de savoir lequel sortira en premier.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Je vous conseille de beaucoup lire si vous voulez devenir des hommes cultivés et développer un esprit critique. Je m’adresse surtout aux jeunes qui, de nos jours, se désintéressent de plus en plus de la lecture, souvent à cause de des NTIC. Considérez la lecture comme une nourriture de l’âme. Je vous conseille de lire au moins deux pages par semaine d’un quelconque bouquin (mais ça c’est pour ceux qui ont une grande paresse). Quand à mes lecteurs qui rêvent de devenir écrivain ou le sont déjà, écrivez encore et encore ! C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Battez-vous pour voir vos rêves se réaliser un jour. Certes, si vous écrivez uniquement pour vous faire du pognon, je vous conseillerai d’aller chercher autre chose (peut-être médecin ou avocat). Ecrivez par amour de ce hobby, par passion. Dernier conseil : soyez patient et persévérant. Un bon livre ne se bâcle pas.