Interview écrite


21 mai 2014
Posté par
Flora

Rencontre avec Evelyne Patricia Lokrou, auteure de « Petite poussière »

Evelyne_Patricia_Lokrou_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Petite poussière est un recueil de dix nouvelles qui parlent de maladie mentale, d’enferment, de mort, de meurtre, de jalousie, d’espoir, d’attente, de retrouvailles, d’amour … C’est aussi le titre de l’une des nouvelles.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai écrit ce livre pour ma famille et à la mémoire de mon neveu Mathéo, parti trop tôt lorsqu’il avait quatorze mois. Petite poussière est un peu un hommage que je lui rends, à travers cette œuvre de fiction.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Tout comme Adolescence (poésie), le Don (nouvelles), la dispute (théâtre), comme un poème (poèmes), L’art selon Evepath (poèmes et peintures), Petite poussière s’adresse à tous : j’écris pour les jeunes, les enfants, les femmes, les hommes, les personnes âgées, les adultes. Mes sujets et thèmes sont très diversifiés. Je parle en général de la Vie et de l’Amour.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Il n’est pas facile d’évoquer les qualités de son propre ouvrage. Cependant, sans paraître prétentieuse, je dirai que la qualité principale de mon livre, Petite poussière, est la simplicité des histoires, les thèmes qu’il aborde et la sensibilité qui s’y dégage. C’est un recueil qu’il faut lire avec la tête, mais aussi et surtout, avec le cœur.

Quels sont les thèmes qui vous inspirent le plus dans le genre policier ?
J’aime le thriller ! La peur, le suspense, le combat psychologique etc. doivent être présents dans le récit pour me plaire. J’aime les enquêtes policières dans lesquelles la mort et l’amour se côtoient. J’aime par exemple les romans d’Agatha Christie et Le Collectionneur de Chrystine Brouillet.

Quels sont vos auteurs de référence ?
Je n’ai pas vraiment d’auteurs de référence. Je lis beaucoup et un peu de tout. Agota Kristof disait dans son livre, l’Analphabète : « On devient écrivain en écrivant avec patience et obstination sans jamais perdre la foi dans ce que l’on écrit». Je dirai qu’on devient également écrivain en lisant plusieurs livres, de nombreux auteurs, différents genres et style d’écriture. Je voudrais ajouter toutefois, qu’Il faut beaucoup lire pour pouvoir bien écrire. Je lis donc beaucoup, mais pas assez en mon sens (rire), et des genres différents. Je crois que c’est comme cela que l’on apprend à écrire, car il ne suffit pas d’avoir de l’imagination : il faut être aussi curieux. Comme disent mes parents : «On ne finit jamais d’apprendre.»

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je continue à lire, à écrire des nouvelles, des contes, pour enfants surtout, mais aussi de la poésie, des romans, des pièces de théâtre,…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Merci, chers lecteurs, chères lectrices, d’aimer, d’acheter et de lire mes livres. Je souhaite que vous appréciez aussi Petite poussière, comme mes autres œuvres. J’espère que vous serez touchés par les histoires que j’écris. Merci et à la prochaine fois. J’attends vos messages et vos commentaires avec impatience. Dieu vous bénisse ! Bonne lecture !
.