Interview écrite


19 février 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Élodie WILLYAM S. CHARLES, auteur de «Le Trésor du Capitaine B.»

Élodie_WILLYAM_S_CHARLES_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Ce livre raconte l’histoire peu ordinaire de trois jeunes garçons qui doivent se résigner à quitter l’île où ils sont nés. Et là, par chance ils trouvent dans les grottes qui leurs servent de cachette, une carte au trésor. Ils décident donc de construire en l’absence de leurs parents, un bateau avec les moyens du bord et ils partent à l’aventure avec une seule idée en tête, sauver leur île de la vente. En effet, un promoteur immobilier veut s’en emparer. Le temps leur est donc compté, ils n’ont plus que quelques jours pour trouver l’argent qui pourrait sauver leur île.
Cette aventure va renforcer leur amitié au fur et à mesure de leurs aventures en mer. Ils vont rencontrer des personnages fantasques comme le vieux Bo et sa pièce d’or, sans oublier le mystérieux monsieur dont on ne voit que l’ombre. Toute cette histoire se passe sur un air de marin entraînant.

Avez-vous rêvez enfant, de trouver une carte au trésor ?
Qui n’a jamais voulu trouver un trésor ? J’avais la chance de passer toutes mes vacances au bord de la mer. Et parfois, lorsque je m’ennuyais, je rêvais de trouver une carte au trésor, de partir mon sac sur le dos, dans une grande aventure qui m’emmènerait vers d’autres horizons.

À quel type de lecteurs s’adresse votre ouvrage ?
Mon ouvrage s’adresse à un public jeune. À partir de 8 ans et sans limite d’âge. Qu’on soit enfant, adolescent ou adulte on a une facilité à se laisser entraîner dans cette histoire qui parle à tout le monde.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre livre ?
J’ai voulu transmettre un message simple. Faire comprendre aux gens que l’imagination n’a pas de limite et que rien n’est impossible quand on s’en donne les moyens. En définitive, c’est une bonne leçon de vie.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Un peu partout autour de moi et dans mon imagination débordante…

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Mon prochain livre sera un récit historique qui parlera d’évènements de l’histoire du Portugal qui a eu des conséquences inattendues sur tous, y compris aujourd’hui. Ce projet ne m’empêche toutefois pas de me lancer dans d’autres aventures comme la republication de mon premier livre, un recueil de poésie ou de continuer mon travail littéraire.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J’espère que ce nouveau livre plaira. Avec « Le Trésor du capitaine B. », j’ai essayé d’écouter au mieux les envies des nouveaux lecteurs, j’ai donc voulu innover. Au lieu d’un livre de plus de 200 pages, que l’on trouve interminable, j’ai préféré opter pour un livre avec moins de pages et une histoire plus aérée, sans contrainte visuelle et sans limite d’âge. Aujourd’hui, on veut toujours mettre une indication d’âge sur les livres mais je ne suis pas sure que cela soit nécessaire (par exemple livre pour les 6-8 ans ou les 10-13). Je veux bien qu’il y a un âge de lecture indispensable à la compréhension de l’ouvrage par le lecteur mais un âge limite ne me semble pas nécessaire. Les histoires appartiennent à tout le monde, même aux grands enfants. On ne fait pas tant de manies pour les romans. J’aime à croire que ce livre redonnera à beaucoup de personnes le goût de la lecture. Bien que le prix des ouvrages soit aussi à remettre en cause… Je suis catégorique, la littérature a besoin de changements, pas pour toucher les lecteurs qui lisent déjà mais pour faire revenir dans les librairies ceux qui justement ne lisent plus.