Interview écrite


26 mars 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Didier Moné, auteur de «Sous une pluie…de pierres»

Didier_Moné_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
«Sous une pluie…de pierres» est le récit fictif et contemporain d’une belle histoire d’amour entre une jeune afghane et un africain, deux êtres issus de milieux culturels et familiaux très éloignés. C’est l’histoire d’une passion née d’un coup de foudre, et qui devra faire face à de multiples obstacles fondés sur des considérations sociales, culturelles, religieuses, et familiales qui s’opposent bien souvent à la vision occidentale des libertés fondamentales.
Ce récit, porté par les «Landai», poèmes courts improvisés et chantés par les femmes de la tribu pachtoune, porte la voix de Fatima, ses tribulations, son amour, sa solitude, sa souffrance, son désespoir, et sa résignation.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Ce livre est une évasion, une invitation à l’ouverture, à la découverte d’autres cultures. J’espère que l’histoire que j’y relate suscitera des interrogations sur la condition de ces femmes privées de tout droit, et prisonnières d’une longue tradition machiste fondée sur une interprétation extrême et souvent erronée des préceptes religieux.
J’ai écrit ce livre en hommage à toutes les victimes innocentes de la barbarie de ceux que j’appelle les «fous de dieu».

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui aiment lire, et qui trouvent entre les pages, le moyen de s’évader, de s’envoler vers des mondes inconnus.
Les amoureux de l’art et de la poésie y trouveront, du moins je l’espère, de quoi se faire plaisir.

D’où vous vient cet intérêt pour les romans sentimentaux ?
L’amour, quelle que soit sa forme, est une composante essentielle de la vie. Si la passion entre Fatima et Idriss est le fil conducteur de ce roman, d’autres sentiments et émotions y sont aussi mis en exergue, notamment la peur, la solitude, la tristesse ou encore la colère.

Pourquoi avoir choisi d’écrire sous forme de poésie ?
Adolescent, je découvre les plaisirs de l’écriture au travers de la poésie. La magie des lettres, les rimes, les vers qui ont une forme de beauté singulière. La poésie est liberté et fantaisie, elle donne de la profondeur aux mots, et sublime les sentiments.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
À travers ce livre, j’ai voulu relater l’histoire d’une jeune femme «naïve, née au mauvais endroit, dans la mauvaise famille, sous la mauvaise peau», et rappeler l’importance de certaines valeurs essentielles à mes yeux, telles que la vie, mais aussi la liberté, et le respect d’autrui. Sans vouloir donner de leçons, je choisis de laisser les lecteurs libres d’y tirer les messages qui les toucheront personnellement, en fonction de leur sensibilité et de leur émotivité.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Tout ce qui m’entoure peut-être source d’inspiration : mon histoire personnelle, mon quotidien, un fait divers, l’actualité socio-politique, un film, une revue scientifique, un tableau, une chanson, un poème etc…

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
L’écriture est une aventure que j’ai découverte il y a plus de dix ans déjà. J’ai donc quelques écrits qui sommeillent dans mes tiroirs, notamment des nouvelles et des poèmes. Quand je me sentirai prêt, je les publierai.
Actuellement, je suis en train d’écrire mon second roman.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Je pense que c’est l’auteur qui crée l’œuvre, mais ce sont les lecteurs qui la font vivre.
Je remercie donc les lecteurs pour leur intérêt, et leur soutien, notamment sur la page Facebook, et j’espère qu’ils prendront du plaisir à lire ce roman.
Vos avis et critiques sont importants, n’hésitez donc pas à les exprimer.
Bonne lecture et merci à Edilivre.