Interview écrite


16 août 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Claude Benoist, auteur de  » Les Fils de L’Ourse « 

Claude_Benoist_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
Il s’agit d’un roman dans lequel les références scientifiques à des sites et des découvertes archéologiques servent de base à l’aventure.
Il y a 40 000 ans, la calotte glaciaire recouvre le nord de l’Europe, imposant de rudes conditions. C’est sur ce territoire qu’évoluent les personnages, néanderthaliens pour la plupart, venant de clans différents dans lesquels les femmes ont une place prépondérante : chef de famille, guérisseuse, intermédiaire entre les vivants et l’esprit des défunts, gardienne des croyances.
Une autre donnée vient s’ajouter à l’existence déjà précaire de ces hommes anciens avec l’arrivée des hommes nouveaux, nos ancêtres directs.

A quel public s’adresse-t-il ?
Le roman s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux origines de l’humanité, il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances particulières. Une carte au début de l’ouvrage aide le lecteur à suivre les périples des personnages.

Votre récit se déroule pendant la Préhistoire. Pourquoi avez-vous choisi cette période ?
Je m’intéresse depuis longtemps à la Préhistoire, période fascinante qui, à force de lentes adaptations et sans doute de réflexions, fait passer en l’espace de plusieurs millions d’années des pré humains, proies faciles dans un environnement particulièrement rude, à l’état d’hommes modernes dominateurs. La période pendant laquelle se déroule l’histoire est une époque charnière qui voit la cohabitation des néanderthaliens avec l’homme nouveau venu d’Afrique : l’avènement des derniers provoquant peut-être la disparition des premiers.
Ayant lu beaucoup d’ouvrages romanesques et scientifiques s’y rapportant, c’est donc tout naturellement que j’ai choisi ce sujet pour mon récit.

Qui sont les protagonistes de votre récit ?
Le lecteur pourra faire la connaissance :
– de Rohr, chef de clan qui parle à l’ours ;
– de Rouf qui veut voir l’endroit où naît le soleil ;
– de Youé, la vieille qui transmet la légende de L’Ourse à l’origine de tout, qui sait ce qu’ont été les jours d’avant et qui craint ceux à venir ;
– de Honn qui fuit un passé douloureux ;
– du clan des hommes nouveaux : le chef Agalik et sa petite fille Oouna.

Quel en est le ton ?
J’ai voulu décrire la vie quotidienne des hommes de cette époque dont la principale préoccupation était de survivre. Il y a donc des moments dramatiques, d’autres plus sereins, plus émouvants, la rudesse de l’époque exigeant l’amitié et la solidarité.

S’agit-il de votre premier ouvrage de ce type ?
Il s’agit en effet de mon premier ouvrage.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
J’espère que la lecture de cet ouvrage leur donnera envie d’en savoir plus à propos de ceux qui nous ont précédés. Ils pourront alors mesurer les immenses bouleversements survenus dans l’évolution de l’humanité. Je leur souhaite une bonne lecture !