Rencontre avec…Christelle Mansour

Christelle Mansour, vous signez un témoignage poignant avec votre livre Poutoune.  Quel est le thème abordé ? J’aborde la délicate question de l’anorexie, maladie dont j’ai souffert pendant de longues longues années. Pourquoi le choix de ce titre ? Je l’explique au cours du livre, je n’ai pas envie de le dévoiler aux futurs lecteurs... Que vous a apporté l’écriture de ce livre ? Je vais être très « cliché », mais ce livre a été une véritable thérapie. Et quel plaisir d’écrire, de chercher les mots exacts, d’essayer de créer des effets de style... Le « kiff » total !! Quel message désirez-vous communiquer à vos lecteurs à travers ce livre ? J’espère que ce livre pourra donner des pistes aux proches de personnes qui souffrent de l’anorexie, maladie incompréhensible pour ceux qui n’en sont pas atteints. Et j’espère également faire prendre consciences aux jeunes filles, attirées par une envie de minceur, du cercle infernal que représente cette maladie dans laquelle on peut basculer sans s’en apercevoir. En tant que lectrice, quel est l’ouvrage qui vous a le plus bouleversé ? Oh là, là ! Difficile de choisir. Mais dernièrement, j’ai lu « Les cerfs volants de Kaboul » de Khaled Hosseini. Émouvant, passionnant ! Votre citation préférée ? Là, je ne vais pas choisir ! Il y en a deux :
  • « Carpe diem » (Pas évident à appliquer, même si on a tout pour être heureux en apparence !).
  • «  Un seul être vous manque et tout est dépeuplé » (Lamartine)
Rien n’a d’importance tant que l’être aimé n’est pas à nos côtés, ou plutôt tant que l’amour n’est pas partagé. J’ai l’impression d’en souffrir depuis l’âge de 14 ans (avec des hommes différents). Par contre, il suffit que vous sachiez que vous comptez pour l’Autre, et vous devenez un papillon. D’autres projets littéraires en vue ? J’adorerais, mais j’attends de voir si mon écriture plaît. Et cette fois-là, ce serait plus léger. J’ai déjà une petite idée...

Commentaires