Interview écrite


16 mai 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Bernard Domeyne, auteur de  » Les Larmes d’Isis « 

Larmes_d'Isis_EdilivreBernard Domeyne, vous publiez dans la collection « Classique » un roman d’aventures intitulé Les larmes d’Isis. Pouvez-vous nous expliquer l’intérêt de l’ouvrage ?
Il commence en Allemagne, au mois de juillet 1942 : Le Major Lothar Von Der Zeitschel de l’Afrika Korps est convoqué à Rastenburg, le QG de Hitler, pour une mission très spéciale, en Égypte… Quelques jours plus tard, Aneirin Tweedle, agent de l’Intelligence Service et Lawrence Remington, jeune et brillante égyptologue britannique, sont reçus par Churchill au 10, Downing Street, pour une mission peu ordinaire. Il ne s’agit rien moins que du sort de la guerre, et les Anglais sont bien décidés à contrer la délirante ambition du Führer…

Pouvez-vous nous parler de la genèse de votre ouvrage ?
Les personnages d’Aneirin Tweedle et de Sydney Remington sont nés au début de février 2012. Je sortais à l’époque de l’écriture d’Arsinoé d’Afrique, un roman historique en deux tomes sur fond de chute de l’Empire romain. J’avais amassé pour l’écrire une gigantesque documentation, notamment – mais pas seulement, loin s’en faut ! – sur l’Égypte antique et l’admirable mythe d’Isis. Et je songeais à un récit à énigme sur fond de pyramides… L’exercice est aisé (des Blake & Mortimer à Indiana Jones, les exemples abondent !) et en même temps, relève de la gageure (comment être original ?). 
J’ai alors songé à Akhenaton, le pharaon hérétique… À sa volonté d’éradiquer les anciens cultes. J’ai songé également à l’arrivée de l’Afrika Korps à l’oasis d’Amon et au Lac de l’Oracle… Et l’idée, soudain, a germé.

Le récit est particulièrement rythmé, on songe immédiatement à la bande dessinée…
En effet, ce roman d’aventures fantastique est un hommage à la bande dessinée. Mon père était un grand lecteur de BD et j’ai grandi au milieu des albums de Tintin et de Blake & Mortimer (qui n’ont pas peu fait pour me faire aimer les Grands-Bretons et leur côté délicieusement suranné, qu’on retrouvera dans le roman…), les Marvel comics, X-Men, Spiderman, l’heroic fantasy (Mandrake, Guy l’Eclair) : de l’aventure, du mystère, de l’étrange…
Hommage également aux films de science-fiction de première génération type Planète interdite ou Le choc des mondes et de séries TV que je regardais enfant, du temps de notre chère ORTF : Belphégor, La Caméra explore le temps, Joseph Balsamo, Au-delà du réel, et bien sûr Le tribunal de l’impossible (avec La Bête du Gévaudan, la Cité d’Is…). 
Hommage enfin à la collection « J’ai Lu, L’Aventure mystérieuse », consacrée à l’occultisme, l’ufologie, le fantastique, l’ésotérisme, les mystères de l’histoire, les phénomènes paranormaux, la parapsychologie, etc. Mon père en était friand, et dans la foulée j’ai lu des titres comme Mû, le continent perdu, Les templiers sont parmi nous, L’Atlantide et le règne des géants, Le trésor maudit de Renne-le-Château, Loups-garous et vampires, et bien sûr, Le secret de la grande pyramide et L’énigme du grand sphinx, de Georges Barbarin.

On croise dans le récit des personnages historiques…
Les premiers chapitres et l’épilogue, où interviennent des personnages historiques, Winston Churchill et Adolf Hitler, sont en effet émaillés de citations tirées de leurs écrits ou de leurs discours; le lecteur averti les reconnaîtra.
Les saillies d’Hugo Farben : « kolossale finesse ! » et autres « vous serez tous sévèrement fusillés ! » sont celles de l’inénarrable personnage de Papa Schultz, le chef de la Gestapo campé par Francis Blanche dans Babette s’en va-t-en guerre (1959).
Von Rundstedt traitait Hitler de « petit caporal bohémien ». Hitler traitait son chef de l’O.K.W., Keitel, de « portier de cinéma ».
Tout le reste est, bien évidemment, issu de ma plume.

Avez-vous d’autres projets en vue ?
Il n’est nullement exclu que le Gallois Aneirin Tweedle, la jeune égyptologue anglaise Sidney Remington et le bel Allemand Lothar Von Der Zeitschel vivent d’autres aventures. Mais ceci, comme disait Rudyard Kipling, est une autre histoire…