Rencontre avec Angèle Gay

Angèle Gay, Ce siècle vers l’Arbre de Vie est votre premier ouvrage publié chez Edilivre. Que pouvez-vous nous en dire ? Comme son titre l’indique, l’ouvrage vient en témoignage de ce que notre siècle nous révèle concernant l’existence et l’action de l’Arbre de Vie en Eden, auquel, sans exception, individuellement comme collectivement, nous sommes, croyants ou non, chacun d’entre-nous  reliés. Nous vivons un tournant de notre humanité. Chaque jour nous pousse vers d’autres dimensions. Qu’est ce qui vous a poussé à écrire ce livre et à le publier ? Ma réponse précédente a déjà, en partie, répondue à votre question. J’ajouterai simplement, que c’est parce que, comme beaucoup, j’ai vécu trop d’années dans bien trop d’ignorance de notre relation Divine, que j’ai voulu partager ce qu’un évènement brutal, de 1982, m’a permis, au fil des ans, de confirmer et témoigner. Quelle réaction attendez-vous de vos lecteurs ? Que l’ouvrage soit pris au sérieux. La certitude de notre foi ou nos convictions d’athée nous aveuglent si intensément et si intimement que nous ne voyons pas, d’emblée, les signes du temps montrés. Ce que j’espère à la fois, étant moi-même catholique, c’est voir, et l’Eglise Chrétienne et toutes les Églises, témoigner à leur tour de l’existence de l’Arbre de Vie.. Les hommes, chrétiens ou non, ont besoin du soutien que doit offrir leur religion. Maintenir l’Arbre de Vie à son état de mythe figé et inactif, décliner toute personne soucieuse de vérité, la pousser vers ailleurs, laisser se former des groupes plus ou moins encadrés, ne serait, carrément, que s’opposer aux Écritures. Par delà ainsi ce qui parait, à tort, inaccessible, par delà les obstacles restant à surmonter, ce siècle est maintenant le premier, après les Prophètes et le Christ, à permettre d’affirmer l’existence de l’Arbre de Vie, ceci sans venir à l’encontre ni sans se substituer au rôle religieux, mission traditionnelle. Combien de temps vous a-t-il fallu pour achever Ce siècle vers l’arbre de Vie ? Près de 30 ans. 30 ans de certitudes entremêlées de doutes et d’interrogations. 30 ans à m’affermir. 30 ans d’un long travail de recherches et approfondissement, 30 ans aussi de rejets autant que d’encouragements. C’est dire que ces années de long cheminement accréditent le sérieux de telles affirmations. Si, n’étant pas écrivain j’ai voulu témoigner, si je me suis efforcée à écrire de mon mieux c’est parce que je sais bien le poids de conséquences que perpétue l’ignorance de l’existence de l’Arbre de Vie. S’accorder aujourd’hui à reconnaître l’existence de l’Arbre de Vie en Eden, est reconnaître mieux notre propre implication en ce qui est notre vie Terrestre, reconnaître mieux, à la fois, notre Au-delà compté, l’importance d’aimer et le prix inestimable de chaque jour donné, reconnaître mieux surtout, et par-dessus-tout, l’absolue perfection et la Toute-puissance de son Créateur et Maître, notre Dieu Universel, Père, Amour et Vie. Mais CE SIÈCLE VERS L’ARBRE DE VIE est un livre qui va au-delà des seuls dogmes religieux. Il touche absolument tout notre quotidien.  Si vous deviez écrire des livres dans un tout autre style, lequel choisiriez-vous ? A vrai dire je ne me suis jamais posé ce genre de question. A m’y pencher plus près, je choisirai, en utopie, un style qui serait parfait, un style qui serait pur et en tout accessible, un style surpassant jusqu’aux mots les plus hauts, où confusions, illusions, divisions ne seraient plus comptés, un style où religion rythmerait avec union… Mais ce style là n’existe qu’au plus profond des rêves. Aucun livre en lui-même ne peut tout apporter, même les Évangiles exigent un plus en nous. Avez-vous des projets littéraires à venir ? Je n’espère, pour l’instant, qu’avoir su assez bien écrire et témoigner, afin que le lecteur, par CE SIÈCLE VERS L’ARBRE DE VIE, ne voit plus que sa propre part restant à apporter. J’espère surtout, pour demain, qu’un auteur bien connu, influent et compétent, prenne enfin, et mieux que moi, la relève exigée par CE SIÈCLE VERS L’ARBRE DE VIE.

Commentaires