Interview écrite


3 janvier 2017
Posté par
Flora

Rencontre avec Adrien Bez, auteur de « Et mon frère est entré sur la pelouse »

Adrien_Bez_EdilivreOù habitez-vous ?
J’habite à Bordeaux.

Présentez-nous votre ouvrage
Et mon frère est entré sur la pelouse est un roman fictif qui rend compte de la vie d’un
jeune garçon qui entre au centre de formation des Girondins de Bordeaux, club de football
professionnel. Il rêve d’en faire son métier et de porter les couleurs de son club de cœur.
Ses premiers pas avec un ballon, ses premiers buts, ses premières difficultés, ses premiers doutes, ses premières joies et ses premières désillusions sont décrites du point de vue de son grand frère, qui porte un oeil critique sur le système des centres de formation, ces machines à fabriquer des joueurs, et sur le football en général. Le livre a la particularité d’avoir été écrit sur une durée d’un an, entre juillet 2015 et juillet
2016, peut-être l’année de ma vie où j’ai le plus évolué. Je crois que cela se ressent au fur
et à mesure des chapitres, chacun ayant été écrit dans un état d’esprit totalement différent
du précédent. Même le style d’écriture a sensiblement évolué. Le résultat est assez
hétéroclite mais confère à l’ouvrage sa singularité. Comme l’a justement souligné l’auteur
d’un commentaire sur Internet (dont je n’ai pas l’identité mais que je salue), « c’est une
vraie expérience de vie qui y est partagée ».

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
C’est un peu sorti de nulle part. J’ai toujours eu le sentiment qu’un jour j’allais écrire.
Depuis que je suis adolescent je suis inscrit sur un forum de discussion autour du football, qui dispose d’une rubrique où les membres peuvent poster des récits footballistiques. J’y ai publié un premier chapitre, un soir d’été, sur un coup de tête. J’ai eu des retours positifs, j’ai publié un deuxième chapitre. Puis un troisième, puis un quatrième, etc. Au fil des
chapitres, l’idée d’en faire un livre a germé dans mon esprit.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Ceux qui sont familiers avec le monde du foot apprécieront particulièrement, et plus
généralement avec celui du sport. Mais au-delà du thème du football, c’est l’expérience
d’une famille qui est partagée, et je crois que n’importe qui peut être touché par cettee
histoire. J’ai eu des retours positifs de personnes n’ayant pas d’attachement particulier à ce sport. Ce serait sympa que les personnes qui travaillent pour le FC Girondins de Bordeaux le lisent également, les joueurs mais aussi les entraîneurs des catégories jeunes !

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
D’abord qu’il est possible à mon âge d’avoir la chance d’être publié. Ensuite, j’ai voulu
porter un œil critique sur ce monde des centres de formation de clubs professionnels que
côtoie mon petit frère (l’histoire est en partie inspirée de son expérience). D’ailleurs je
conseille vivement cet article qui illustre à merveille ce qui est écrit dans mon livre :
https://sports.vice.com/fr/article/comment-la-premier-league-repense-la-notion-dge-dans-ses-centres-de-formation

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans tout ce que j’ai pu lire, je suis moi-même un grand lecteur, mais aussi dans ma propre expérience vécue, l’ouvrage est en partie autobiographique, comme souvent pour les premières expériences littéraires. Egalement dans tous les petits détails de la vie
quotidienne, des sourires, des gestes, des attitudes lors de la prise de parole qui viennent
ensuite nourrir mes dialogues, des couleurs, des sensations, des expressions que j’observe à la manière d’un dessinateur. Il me suffit de peu pour écrire ; il m’est arrivé de croiser dans la rue une personne qui riait et d’écrire sur elle à peine rentré chez moi.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Ma jeunesse est à la fois une chance et un inconvénient. Mon appréhension du monde est
encore limitée, tant de choses à découvrir ! J’ai encore du temps devant moi pour varier les styles et les thèmes, voire même les genres. Je suis actuellement sur quelques projets mais difficile de les mener à bien avec le peu de temps libre que me laissent mes études.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Je leur souhaite une très belle année 2017 !