Rencontre avec Anneloup Roncin, auteur de « L’Éveil »

Présentez-nous votre ouvrage

L’Éveil est une nouvelle de science fiction qui présente les vies de quelques personnes. Une créature extraterrestre, que j’appelle l’Unique, se trouve sur Terre. Elle est composée d’une multitude de « cellules », morceaux de l’Unique à la conscience commune. Chaque humain est habité et contrôlé par une cellule sans qu’il ne s’en aperçoive. Les cellules elles-mêmes se croient humaines. Ainsi, les scènes de la vie de tous les jours se font avec l’idée en arrière plan que chaque action est causée, influencée, par la présente de l’Unique.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

J’avais depuis quelques mois une idée que je ne parvenais pas à mettre en forme. Et si nous n’étions pas toujours nous ? Si aujourd’hui j’étais moi, et demain mon voisin, sans le savoir et le réaliser ? Cependant il était impossible d’écrire une histoire là-dessus, étant donné que le principe de l’idée était l’ignorance du fait. C’est pourquoi j’ai eu l’idée d’incorporer cet alien, qui change d’identité et de réceptacle humain à intervalles plus ou moins réguliers.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Cet ouvrage peut s’adresser à tout lecteur aimant remettre en question des évidences, tout lecteur qui apprécie observer les choses d’une manière différente.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Si je devais choisir un message présent dans ma nouvelle, ce serait l’idée que tout n’est pas ce qu’il semble, et qu’une simple information pourrait changer entièrement le monde qui nous entoure.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Ici, je me suis inspirée de ce que je connais, de ma vie, de ce monde. Généralement, j’écris simplement ce que je veux lire.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

J’ai beaucoup de projets de romans, dans les domaines de la fantasy et du fantastique majoritairement. J’écris présentement un roman de fantasy urbaine où les mythes et les légendes sont très présents.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

J’aimerais seulement vous dire, qui que vous soyez, que je vous suis reconnaissante pour l’intérêt que vous portez à mon histoire. Merci pour votre lecture.