Ils nous ont dit


20 juillet 2015
Posté par
Guillaume

Matidelaine, auteur de « Blizzard et la soupe aux tortillons »

« Bonjour à tous,

Enfin, je le tiens…

Edilivre : « Maison d’édition généreuse, simple, rapide et gratuite ».

Pour moi, c’est vrai ! Totalement vrai !

Chaque mail aura été clair, efficace, professionnel.

Chaque étape dans l’avancement de ce travail aura été un moment d’émotion intense.

Au fur et à mesure des échanges, mon ouvrage s’est amélioré tant sur la forme que sur le fond m’obligeant parfois à revoir le texte pour une plus agréable mise en page, plus adaptée aux enfants à qui je m’adresse.

Dans mon enthousiasme débordant, voilà que je découvre à cette « trublionne » une fonction d’utilité publique ! L’écriture, comme d’autres pratiques qui font appel  à l’imaginaire et au ressenti, donne la possibilité d’accéder à des émotions enfouies et de se libérer de ses pensées nuisibles. Edilivre encourage ce mode d’expression en offrant à chacun la possibilité de finaliser son élan créatif. N’est-ce pas extra ?

La vente du livre au départ n’est pas une idée prioritaire même si on a envie d’exister en étant lu. L’important d’abord est bien d’aller jusqu’au bout d’un projet, faire en sorte que son rêve devienne réalité.

Et puis, seulement… ensuite… on se dit : Et si mon histoire pouvait apporter au lecteur un fragment de réponse aux questionnements de sa vie. Ce serait alors une rencontre inespérée ! Comme toujours, incorrigible, le rêve poursuit sa route.

Le dernier mot sera pour Blizzard qui n’a pas encore de… mots pour exprimer sa reconnaissance : … face au monde qui n’en finissait pas de s’émerveiller, il offrit son premier et plus beau grognement.

Merci Edilivre

 Matidelaine »