Autour du livre


22 octobre 2012
Posté par
Flora

L’œuvre d’Edward Hopper, simple ou complexe ?

L’exposition Edward Hooper qui a lieu au Grand Palais du 10 octobre au 23 janvier 2013 fait beaucoup parler d’elle. En effet, un voile d’énigmes se trouve autour de ses œuvres et de nombreux auteurs se sont attelés à la tâche difficile de décrypter ce mystère.

© Art Institute of Chicago

Un artiste énigmatique.

Edward Hopper né le 22 Juillet 1882 à Nyack, mort le 15 Mai 1967 à New-York est un peintre américain montrant avec le plus cru réalisme la solitude du quotidien des américains. Son œuvre la plus connue présentant une scène dans un bar s’appelle Night Hawks.

 

Ces toiles ont fait l’objet de plusieurs ouvrages littéraires.

Un peu comme La Joconde de Léonard de Vinci, les œuvres de Edward Hopper sont subtiles et donc sujettes à de multiples interprétations. Pour preuve en 2009, Alain Cueff a publié Edward Hopper, Entractes qui tend à prouver que l’image très puissante de Hopper dessert le sens profond de son œuvre qui nous échappe. Plus récemment, le commissaire de l’exposition au Grand Palais, Didier Ottinger, semble lui aussi s’intéresser de près à l’artiste et publie en 2012  Hopper, ombre et lumière du mythe américain.

Cependant, ce qui nourrit le débat autour d’Edward Hopper ce n’est pas tant l’abstrait de ses œuvres mais en fait la véritable solitude qu’il exprime à travers ses créations qui nous touche car cela nous concerne directement, nous spectateurs …

Une exposition résolument moderne.

Cette exposition se place d’autre part, au cœur de la modernité. En effet, le Grand Palais et le Centre National du livre se sont associés pour créer l’application, Edward Hopper d’une fenêtre à l’autre, permettant de visualiser sur tablette toutes les œuvres présentées lors de l’événement. Celle-ci a rencontré un franc succès puisqu’elle s’est retrouvée en tête des ventes pendant tout le week-end du 13 et 14 octobre pour ensuite se placer au 6ème rang des applications les plus téléchargées.