Toute notre actualité


Actualité Edilivre


3 février 2020
Posté par
digitale@edilivre.com

L’EXPRESSION DE LA SEMAINE : UN FIL D’ARIANE

« UN FIL D’ARIANE »

ORIGINES

Prenez un grand labyrinthe, casez-y, le plus loin possible de la sortie un Minotaure, puis envoyez à Thésée une enveloppe avec photos du précédent et un petit magnétophone qui lui indiquera que sa mission, s’il l’accepte, va consister à aller trucider la chose présentée en photo.
Voilà posé le point de départ de cette histoire de la Mythologie qui va nous faire rencontrer Ariane et son fameux fil.
En ce temps-là, donc, il y a en Crète, dont le roi est Minos, le Labyrinthe au fond duquel le Minotaure, monstre à corps d’homme et à tête de taureau, mangeur de chair humaine, dévore chaque année sept garçons et sept filles qu’Athènes livre en Crète pour prolonger la paix avec Minos.
Afin de faire cesser l’envoi de ce fâcheux tribut, Thésée s’offre pour faire partie de la prochaine livraison avec l’intention de tuer le Minotaure.
Mais, à supposer que la mission réussisse, le problème est ensuite d’arriver à retrouver la sortie du labyrinthe.
Heureusement, une fois qu’il a posé le pied en Crète, Ariane, la fille de Minos et demi-soeur du Minotaure, tombe amoureuse de Thésée.
Aidée par Dédale, le concepteur du Labyrinthe (et accessoirement le père d’Icare), elle lui propose alors un stratagème simple pour retrouver aisément la sortie du piège : dérouler une bobine de fil dont l’extrémité est attachée à un des linteaux de l’entrée, fil dont il suffira de suivre les méandres au retour pour se retrouver à l’air libre.
Et effectivement, une fois le Minotaure envoyé ad patres, Thésée ressort du Labyrinthe grâce au fil d’Ariane.
C’est de cette histoire parfaitement véridique, bien sûr, que nous vient notre expression.

Exemple

« N’en déplaise aux libéraux, il existe un fil d’Ariane entre le libéralisme économique, d’une part, et les mouvements séparatistes, les soulèvements nationaux et les manifestations racistes, d’autre part. »
L’expansion – Article du 28 avril 1995
« (…) philosophes auxquels la sagesse comme une autre Ariane, semble avoir donné une pelote de fil qu’ils s’en vont dévidant depuis le commencement du monde à travers le labyrinthe des choses humaines.
Victor Hugo – Notre-Dame de Paris – 1831

« UN FIL D’ARIANE »