Autour du livre


13 mars 2014
Posté par
Flora

L’expression de la semaine : Se prendre une veste

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’expression : Se prendre une veste.

Aujourd’hui, cette expression signifie subir un échec. Curieusement, la veste dont il est question était à l’origine un capot ! Si le rapport entre le vêtement et la carrosserie de la voiture ne semble pas évident, rassurez-vous, c’est qu’il s’agit d’un jeu de mots datant de 1867. Pour commencer, le terme capot désignait le manteau long qu’on appelait « capote », comme la capote militaire que portaient les poilus pendant la première guerre mondiale.

A l’époque, lorsque l’on jouait aux cartes, on utilisait l’expression « mettre un adversaire capot » pour dire que le joueur n’avait fait aucune levée ou qu’il était ruiné. Ce mot, apparu avec ce sens au début du 17ème siècle, a logiquement évolué vers l’adjectif « humilié », tout comme l’est celui qui est « fait capot ». Issu de l’allemand, le terme est devenu le bien connu « kaputt ». Mais en demeurant dans le jeu de cartes, la capote a désigné le coup par lequel l’adversaire est fait capot. Mais d’où vient donc cette fameuse veste ? Eh bien, ce n’est finalement qu’à partir de la seconde moitié du 19ème siècle par un très subtil jeu de mot que la capote du jeu de cartes, symbole de l’échec, s’est transformée en veste : soit un autre vêtement dans la continuité de la capote militaire.

Et si les premières utilisations de cette expression se sont d’abord appliquées à celui qui perd des élections, elle s’est assez vite répandue dans tous les domaines et reste surtout utilisée aujourd’hui pour évoquer un échec en termes de séduction.

 Expression_de_la_semaine_13-03_Edilivre