Toute notre actualité


Autour du livre


Expression_de_la_semaine_Facebook_Edilivre
15 janvier 2015
Posté par
Flora

L’expression de la semaine : Prendre la mouche

Cette semaine nous vous proposons de découvrir l’expression : prendre la mouche.

Cette expression désigne aujourd’hui une personne qui se fâche soudain, sans raison apparente, s’emporte sans que l’on sache pourquoi. Mais quel est le lien entre une mouche et un sentiment de colère ?

Au XVème siècle on utilisait déjà les caractéristiques des animaux pour décrire un comportement humain. Une « fine mouche » correspondait à quelqu’un de vif, d’astucieux, « mouche », a un espion. C’est au XVIIème siècle que l’expression « prendre la mouche » apparaît. À cette époque, le mot « mouche » désignait différents insectes volants que l’on ne différenciait pas de la mouche. La « mouche aux bœufs » désignait le taon, la « mouche à miel » était en fait une abeille, la « mouche à chien » une tique et la « mouche cornue » un scarabée. Mais laquelle de ces mouches donna naissance à l’expression « prendre la mouche » ?

C’est la « mouche à bœufs » qui engendra l’expression. Je ne sais pas si vous avez déjà vu un animal se faire piquer par un taon, mais généralement l’animal paraît pris de folie. Cette « mouche à bœufs » est donc à l’origine de l’expression « prendre la mouche ». Il est étonnant de voir toutes les expressions que cet insecte a engendré: « le bateau-mouche » pour désigner un petit navire de guerre rapide et maniable, « faire mouche » lorsque l’on touche sa cible, « la mouche du coche » de Jean de la Fontaine qui l’utilisait pour décrire une personne persuadée de sa propre importance.

On pourrait alors se demander : mais quelle mouche nous a piqués ?

Expression_de_la_semaine_Edilivre