Blog

L’EXPRESSION DE LA SEMAINE : Dans les clous

«Dans les clous»

ORIGINES

Si vous êtes jeune, vous vous êtes peut-être bien déjà demandé pourquoi, dans la rue, on appelle également les passages pour piétons des passages cloutés. Si, par contre, vous avez de nombreuses années à votre compteur personnel, vous avez forcément la réponse.

Alors je m’adresse d’abord aux jeunes :
Sachez qu’autrefois, entre la période du jurassique et la deuxième moitié du XXe siècle, les rues, qu’elles soient pavées (oui, ça a existé, même que les pavés ont pu servir de munitions anti-CRS en mai 68) ou goudronnées, étaient à certains endroits également traversées de passages pour piétons. Sauf que ces passages n’étaient pas matérialisés par des bandes blanches peintes sur la route, comme de nos jours, mais bordés par des gros clous fichés dans le sol et dont la partie visible était bombée[1].
Le piéton voyait donc deux lignes de clous, perpendiculaires aux trottoirs et délimitant la zone dans laquelle il fallait traverser lorsque le feu passait au rouge pour les voitures.
Passer ou être dans les clous, c’était donc respecter le code de la route, traverser là où le piéton en avait le droit.

Et voilà comment peut naître une métaphore ! Il suffit d’étendre ce respect d’une règle bien spécifique à tous les autres domaines en conservant le vocabulaire initial, pour se retrouver avec une locution dont l’origine peut paraître bizarre lorsque ce qui l’a fait naître n’existe quasiment plus.
Cette expression semble n’apparaître qu’au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, au moment où, justement, ces clous-là étaient en voie de disparition.

[1] Mais ces clous ne venaient pas forcément d’Inde.

Exemple : « Sur quasiment tous les points évoqués, Hulot et Joly ont plus souvent marqué leurs accords que leurs différences. « Sur le fond, et Eva et Nicolas sont restés totalement dans les clous du programme d’Europe Ecologie », note une cadre du mouvement, soutien d’Eva Joly. »

«Dans les clous»