Autour du livre


28 novembre 2013
Posté par
Flora

L’expression de la semaine : Avoir du pain sur la planche

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’expression : Avoir du pain sur la planche.

Aujourd’hui, cette expression désigne le fait d’avoir une grande quantité de tâches à effectuer, d’être surchargé de travail.

Pour lui trouver un sens bien différent, il faut remonter à la toute fin du XIXème siècle. Dans une France encore majoritairement rurale, il n’est pas rare de voir les paysans préparer leur propre pain et le conserver sur des grandes planches de bois, accrochées en hauteur dans les maisons pour les protéger des nuisibles. Le pain était alors gardé pour être consommé dans la durée et l’expression désigne le fait de pouvoir affronter l’avenir en toute tranquillité.

Au fil du temps, son sens s’est modifié. Deux explications prévalent. La première est que, l’apparition du pain journalier, par le biais des boulangeries, lui a fait perdre son sens premier.

Une autre explication soutient quant à elle que le sens actuel résulte du mélange de deux autres expressions. En effet, « la planche au pain » désignait autrefois dans le dialecte argotique, le tribunal. Elle fait référence à la position du juge, en hauteur, comme l’étaient les planches de pain au sein des maisons.
Elle croise le sens de l’expression « manger le pain du roi » qui désigne le fait d’être aux galères ou en prison, où le pain était fourni gratuitement par l’administration du roi.

De l’union de ces deux expressions naît le sens qu’on connaît aujourd’hui. Le pain est assimilé à un travail difficile et pénible, résultant de la condamnation d’un tribunal. Suivant ce raisonnement, « avoir du pain sur la planche », c’est avoir une grande quantité de travail harassant devant soi.

Avoir_du_pain_sur_la_planche_Edilivre