Autour du livre


Les_personnages_de_roman_que_l'on_déteste_Edilivre
24 avril 2017
Posté par
Edilivre

Ces personnages qu’on aime détester

Il y a des personnages de roman auxquels on s’identifie immédiatement mais d’autres que l’on ne supporte pas. La lecture en devient parfois pénible car ces protagonistes sont épouvantables, dans leur façon d’agir ou de parler. Souvent souhaité par l’auteur lui-même, ce sentiment de dégoût envers un personnage fictif nous montre à quel point la littérature nous fait vivre des sentiments divers. Nous vous proposons une sélection de personnages que l’on déteste au fil des pages. 

Des personnages de roman lâches et sans volonté

Les_personnages_de_roman_que_l'on_déteste_EdilivreEmma Bovary
Elle est pourtant le personnage principal de Madame Bovary de Gustave Flaubert, mais elle n’en reste pas moins très énervante. Emma est une femme riche, elle s’ennuie avec son mari et cherche à fuir la réalité à travers des lectures sentimentales. Elle mène une quête ininterrompue du bonheur, ce qui va conduire à sa perte. Bien qu’agaçante et égoïste, on finit par prendre pitié de cette jeune femme naïve et malheureuse.

Jeanne Le Perthuis des Vauds
Fille d’un baron, Jeanne est un personnage du roman Une vie ou l’Humble Vérité de Guy de Maupassant. Jeanne est inspirée, aux dires de l’auteur lui-même, d’Emma Bovary, rien d’étonnant donc à ce qu’elle fasse partie de ces personnages détestables. Pourtant, Jeanne est gentille, Jeanne est jolie, elle a donc tout pour plaire. Mais justement, elle est bien trop gentille et bien trop naïve. Son mari est un monstre mais elle n’agit pas pour faire évoluer sa situation, et la voir s’apitoyer sur son sort sans jamais réagir la rend extrêmement agaçante. Le lecteur a simplement envie de la secouer !

Ferdinand Bardamu
Dans Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, Ferdinand Bardamu est un anti-héros. Il est le double littéraire de Céline et son nom signifie « qui porte son fardeau ». Bardamu a participé à la Première Guerre mondiale et ce qu’il y a vu met fin à son innocence. Il est un homme banal, ordinaire, qui subit les événements. Son comportement n’a rien de celui d’un héros puisqu’il tente d’éviter les difficultés plutôt que de les affronter. Il prône finalement la lâcheté comme moyen de survie, alors que sa vie n’est qu’un cycle d’événements malheureux.

Des personnages de roman violents et monstrueux

Heathcliff
À l’origine, Heathcliff n’est qu’un petit garçon recueilli par la famille Earnshaw, mais les humiliations qu’il va connaître tout au long de sa vie feront de lui un monstre. Dans les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, Heathcliff est abandonné de tous et sa vengeance est brutale. Il propage la haine autour de lui à cause d’une passion dévorante interrompue trop tôt. Et cette haine ne semble pas pouvoir s’étancher. Pourtant, la pitié nous étreint parfois face à cet homme qui ne sait plus quoi faire pour s’en sortir.

Paule Pluvignec, dite Folcoche
Aucune pitié pour cette marâtre odieuse et violente avec son fils, Jean Rezeau. Dans Vipère au poing, ce sont les souvenirs d’Hervé Bazin qui remontent à la surface. Largement autobiographique, le portrait de cette femme autoritaire et monstrueuse a fait frémir de nombreuses générations. Aucun moment de loisir, des restrictions alimentaires insensées et des conditions de vie sommaires, très vite Jean et son frère sont affamés et frigorifiés, et décident de fomenter une rébellion contre cette femme qu’ils détestent.

Jean-Baptiste Grenouille Les_personnages_de_roman_que_l'on_déteste_Edilivre
Le personnage principal du roman Le parfum de Süskind est un tueur en série violent et prêt à tout. Pourtant, il ne discerne pas le bien du mal. Jean-Baptiste est vide de toute émotion et ne vit qu’à travers les odeurs qu’il perçoit. Lorsqu’une odeur lui plaît, il peut tuer la personne qui porte cette odeur pour en faire un parfum. Son rêve est de devenir le meilleur parfumeur du monde. Le lecteur a du mal à cerner ce personnage qui ne ressent rien, n’éprouve rien. Difficile dès lors d’avoir de l’affection pour ce tueur.

Et vous, quel est le personnage de roman que vous détestez, et pour quelles raisons ? Pensez-vous qu’un personnage doit forcément être attachant pour captiver le lecteur ?