Autour du livre


10 mars 2017
Posté par
Flora

Les lieux qui ont inspiré les écrivains américains

L’Amérique ou l’Europe ? C’est la question que semblent se poser les grands auteurs américains. Leur œuvre est souvent partagée entre les racines et l’attrait du Vieux Continent.

Une inspiration tirée des origines
Les_lieux_qui_ont_inspiré_les_écrivains_américains_Edilivre
Les grands écrivains américains puisent leur première inspiration dans leurs racines. Edgar Allan Poe (Nouvelles histoires extraordinaires), dès le début de sa carrière, tire dans New York, Boston et Philadelphie – où il a vécu – les éléments inquiétants de son fantastique. Nathaniel Hawthorne (La lettre écarlate) écrit sur le Massachussetts et le Maine, deux Etats où il a grandi et vécu. Francis Scott Fitzgerald tire de sa mauvaise expérience avec l’élite de Princeton et de Long Island la matière de ses romans, comme Gatsby le Magnifique.

D’autres auteurs américains utilisent leurs origines pour dénoncer les travers de leur pays. Henry James, écrivain américain naturalisé britannique, confronte le puritanisme des Etats-Unis à la modernité de l’Europe. De même, John Steinbeck et Jack Kerouac, auteurs phares de la beat generation, font de la Côte Pacifique et la Californie les toiles de fond de la crise sociale et économique des Etats-Unis après 1929.

Le monde comme terre d’imagination
Les écrivains américains ne se satisfont pas des origines comme source d’imagination. Le monde entier est un vivier. L’Europe en est le cœur. Edgar Allan Poe développe son recueil d’Histoires Extraordinaires à Paris, autour d’un détective français. Dans la même Les_lieux_qui_ont_inspiré_les_écrivains_américains_Edilivreveine, Henry James et Ernest Hemingway s’inspirent de la ville lumière. Le front français de la Première Guerre mondiale nourrit l’imaginaire d’Hemingway.

Deux auteurs majeurs de la littérature américaine montrent que le voyage en lui-même peut être source d’inspiration. Herman Melville tire profit de son aventure de marinier entre New York et Liverpool. Le naufrage d’un baleinier à Nantucket, auquel il assiste, lui donne l’idée de son chef d’œuvre, Moby Dick. Jack London exploite le Grand Nord canadien et la ruée vers l’or du Klondike dans de nombreux romans, comme L’appel de la forêt ou Croc-Blanc.

Et vous, puisez-vous votre inspiration dans des lieux en particulier ? Quels liens avez-vous avec eux ?