Les lieux communs à éviter pour écrire un livre

Écrire un livre est une activité difficile. Si vous voulez sortir du lot, il va falloir éviter un certain nombre de lieux communs, qui pourraient porter préjudice à votre manuscrit. Petit panorama de ces écueils, tentants certes, mais risqués.

Les_lieux_communs_à_éviter_pour_écrire_un_livre_EdilivreDes personnages trop caricaturaux
C’est le syndrome de la « princesse-prince charmant-dragon ». Bien sûr, certains genres permettent de représenter des protagonistes plus « classiques ». On pense par exemple aux contes, qui s’adressent à un public plus jeune, ou bien encore à la littérature d’heroïc-fantasy ou de science-fiction. Mais ces personnages aux traits volontairement simplifiés et sans réelle dimension fleurissent dans de nombreux genres littéraires, se retrouvant même dans des best-sellers.

Ne cédez pas à l’effet de mode et travaillez considérablement vos personnages pour que le lecteur s’y attache. Développez plusieurs traits de caractère pour chacun d’entre eux. Si vous y avez passé du temps, le lecteur y sera sensible et verra tout de suite la différence avec d’autres ouvrages.

Des péripéties trop prévisibles
Les_lieux_communs_à_éviter_pour_écrire_un_livre_Edilivre
Vous êtes tout à fait libre d’exagérer les péripéties de votre livre et de leur donner une continuité très basique (le gentil va se battre contre les méchants, il les tue et séduit l’héroïne…) mais cela risque de déclencher chez votre lecteur un sentiment de déjà-vu. Ce dernier fera rapidement des associations, puisant dans sa culture littéraire, cinématographique, pour juger ce qu’il lit. La comparaison pourra vous être préjudiciable.

Si vous adoptez un schéma trop stéréotypé et une intrigue trop clichée, le lecteur aura tôt fait d’en comprendre la mécanique et d’anticiper les péripéties, ce qui gâcherait considérablement l’intérêt de votre récit et tuerait toute forme de surprise. Travaillez bien la structure de votre récit, pour en sortir comme bon vous semble et y revenir quand cela vous chante.

Des expressions toutes faites
Il est tentant d’user de formules toutes faites, pour terminer un chapitre ou pour servir de phrase choc dans une réplique. Ne tombez pas dans le piège car si elles sont séduisantes, elles tombent souvent comme un cheveu sur la soupe. Si vous vous
focalisez sur ces petites formules, vous allez chercher à les placer à n’importe quel prix et, malheureusement, à un moment qui n’est pas forcément le plus opportun.

N’hésitez pas à prendre de la hauteur, à peser objectivement le pour et le contre. Ces phrases chocs vous-sont-elles indispensables ? N’en avez-vous pas trop mis dans votre texte ? Faites-vous confiance et créer vos propres expressions ou chercher d’autres moyens d’être plus percutant. N’oubliez pas d’en user avec parcimonie.

Les_lieux_communs_à_éviter_pour_écrire_un_livre_Edilivre

Un titre trop convenu
Cette donnée est loin d’être un détail. Un titre accrocheur, c’est la garantie que votre lecteur va être interpellé. Si votre titre est seulement informatif, vous prenez le risque de ne pas le séduire immédiatement et donc de ne pas lui faire acheter votre livre. Privilégiez les jeux de mots, les clins d’œil, l’humour ou bien l’énigme, la concision. Un titre plat pourra injustement vous pénaliser.

Quels sont les lieux communs que vous identifiez généralement dans les ouvrages ? Que faites-vous pour les éviter ?

Article écrit avec la participation de Quentin