Autour du livre


19 juillet 2016
Posté par
Edilivre

Edito

Les femmes lisent plus que les hommes….

 

shutterstock_441659683

La lecture est une activité aisément et allégrement associée à la gente féminine. En effet, contrairement aux hommes, on dit des femmes qu’elles intériorisent et ressentent plus facilement les émotions provoquées par la lecture. Il paraît que l’on doit cela à leur côté rêveur, leurs nombreux fantasmes et désirs impossibles qui les conduiraient alors à rentrer dans un monde onirique… Ces a priori stéréotypés semblent pourtant être en partie vrais.

En effet, une récente étude prouve que les femmes lisent plus que les hommes, et notamment des livres romancés et psychologiques. L’enquête des Editions J’ai Lu étaye ce fait et montre que 71% de leurs clients sont des clientes. Mais, les femmes ne se contentent pas de lire, elles partagent aussi leurs expériences. C’est ce que révèle la plateforme communautaire Wattpadd, qui compte 75% d’utilisatrices.  Les femmes aiment donc témoigner de leurs sentiments et ressentis face à une œuvre littéraire.

Ainsi, bien loin de cet a priori des femmes rêveuses et naïves, les lectrices réfléchissent à ce qu’elles lisent, partagent leurs points de vus afin de mieux analyser leurs lectures. La hausse du nombre de ces lectrices sérieuses pourrait effrayer les hommes, comme en témoigne l’ouvrage de  Laure Adler « Les femmes qui lisent sont dangereuses »  (aux éditions Flammarion). Parce que la connaissance est parfois perçue comme un outil dangereux, ces femmes qui lisent et qui réfléchissent semblent inquiéter voire menacer cette part machiste de notre société.

Mais alors, la lecture aurait-elle un sexe ? C’est bien ce que tente de démontrer cette étude, mais il convient néanmoins de se souvenir que la lecture est transgenre et intergénérationnelle. Elle peut réunir, rassembler et faire évoluer notre perception des autres, voire de soi-même. Le plaisir provoqué par la lecture ne pourrait donc pas être quantifié, mesuré et détrôné par un genre particulier. Messieurs, ne vous découragez donc pas, saisissez le livre romancé qui trône sur la table de chevet de votre dulcinée et… lisez !

 

Article écrit par Pauline M.