Autour du livre


Auteur_de_la_semaine_Edilivre
10 novembre 2014
Posté par
Flora

L’auteur de la semaine : William Faulkner

Cette semaine, nous vous invitons à découvrir l’auteur : William Faulkner.

William Faulkner, de son vrai nom William Cuthbert Falkner est né le 25 septembre 1897 à New Albany dans l’Etat du Mississippi. Il est considéré comme un écrivain du courant sudiste, à l’instar de Mark Twain, Truman Capote ou Tennessee Williams. La guerre de Sécession et le clivage entre Noirs et Blancs marquent l’ensemble de son œuvre. Il remplace rapidement son nom Falkner par Faulkner pour se différencier de sa famille, et surtout de son père.

Faulkner, après avoir tenté d’entrer dans l’aviation sans jamais prendre part au combat, exerce tour à tour le métier de vendeur en librairie et de postier mais passe tout son temps à écrire et à lire, notamment Herman Melville et Honoré de Balzac. William Faulkner se marie en 1930 avec Estelle Oldham Franklin, qu’il connaît depuis près de 25 ans. Ensemble, ils s’installent à Oxford dans le Mississippi et auront une fille, Jill. Mais leur mariage tourne vite à la catastrophe : Faulkner et sa femme sont tous les deux alcooliques et, tandis qu’elle tente de se soigner, Faulkner multiplie les liaisons.

Il publie en 1925 son premier roman, Monnaie de singe, mais c’est Etendards dans la poussière, publié en 1927 qui forge l’œuvre de Faulkner. Le comté imaginaire de Yoknapatawpha qui servira de cadre à nombreux de ses ouvrages apparaît pour la première fois dans ce roman. Malgré ces deux romans, Faulkner ne vit pas de ses écrits et il enchaîne les petits boulots. C’est Sanctuaire, scandale de l’année 1931, qui apporte argent et célébrité à l’auteur.

On connaissait le goût prononcé de Faulkner pour l’alcool, on découvre également sa passion pour l’aviation et la chasse. Ces loisirs coûtent cher et l’auteur devient scénariste de cinéma pour gagner de l’argent. Il devient très vite l’ami d’Howard Hawks. Ce travail d’appoint ne l’empêche pas d’écrire, et il publie en 1936 l’un de ses plus célèbres romans, Absalon, Absalon ! Ce titre fait référence à un roi criant le nom de son fils qu’il venait de perdre, perdant par la même occasion son héritage et sa succession. L’héritage est l’un des thèmes central du roman de Faulkner. Un jeune blanc des classes populaires, Thomas Sutpen, a la volonté de créer une dynastie de planteurs dans le comté de Yoknapatawpha. Le destin de cet homme et de sa famille du Sud des États-Unis nous est raconté par quatre narrateurs distincts. Rapidement, le rêve de Sutpen tourne à la catastrophe, et notamment à cause des relations difficiles entre les Noirs et les Blancs et de l’alcoolisme qui frappe de nombreux ouvriers. On assiste, impuissants, à la chute de l’empire qu’il avait créé de toute pièce. Interrogé par le journal Le Monde sur le « problème noir dans le Sud de l’Amérique », Faulkner répond « Dans trois cents ans, ils seront à notre niveau, et la guerre des races sera terminée, pas avant »

William Faulkner manque toujours d’argent et il retourne à Hollywood. Là-bas, il écrit pour son ami Howard Hawks, mais également pour Francis Scott Fitzgerald. Ils travaillent ensemble sur le scénario du film Le Grand Sommeil.

L’écrivain reçoit le prix Nobel de littérature en 1949, cinq ans avant son rival stylistique Ernest Hemingway. La fin de sa vie est marquée par de nombreuses hospitalisations dues à son alcoolisme. C’est finalement d’une chute de cheval qu’il mourra dans la nuit du 6 juillet 1962.

Auteur_de_la_semaine_Edilivre