Autour du livre


16 décembre 2013
Posté par
Flora

L’auteur de la semaine : Racine

Cette semaine, nous vous proposons de découvrir l’auteur : Jean Racine

Jean Racine naît à La Ferté-Milon le 22 décembre 1639 dans une famille de petits notables. Très tôt, il se retrouve orphelin (à la mort de son père en 1643), et est recueilli par son grand-père paternel. Celui-ci s’éteint en 1649 et Racine devient pupille de son très riche grand-père maternel, qui va subvenir à ses besoins et l’entretenir.

Éduqué par les Solitaires de Port-Royal, Racine apprend notamment le grec, l’italien et l’espagnol. Il y reçoit l’enseignement de grands pédagogues de l’époque, notamment celui de Jean Hamon, un personnage qui va le marquer à vie. A 18 ans et fort d’un grand bagage culturel, il est initié à la vie mondaine par un cousin qui le loge chez lui, dans ses appartements de l’Hôtel de Luynes à Paris. Le jeune homme y écrit ses premiers poèmes.

En 1660, le mariage de Louis XIV est une occasion pour lui de se mettre en avant. Ainsi, il soumet à l’académicien Jean Chapelain un poème dédié à la Reine, intitulée La Nymphe de la Seine. Chapelain encourage le jeune homme à persévérer et fait imprimer le poème. 

Victime d’une fièvre en 1665, Racine se rend en convalescence à Uzès, pour profiter là-bas de l’hospitalité de son oncle, le Père Sconin, et d’un cadre propice à l’écriture. Il revient à Paris deux ans plus tard et profite d’une maladie du roi pour se faire à nouveau remarquer en écrivant Ode sur la Convalescence du Roi. Grâce à l’aide financière de son oncle et à cette marque d’attention poétique, il est inscrit sur la liste des gratifications royales, moyennant une somme de 600 livres. Dans la foulée, il écrit une nouvelle poésie, la Renommée aux Muses, qui lui permet d’être finalement introduit au roi.

En décembre 1665, il fait jouer sa pièce Alexandre le Grand sur la scène du Palais-Royal et reçoit un succès considérable. Racine accepte que sa pièce soit montée sur la scène de l’Hôtel de Bourgogne afin qu’elle puisse être montrée au roi. Cette décision a un effet désastreux sur les recettes de la scène du Palais-Royal s’effondre ce qui déclenche la colère de Molière – qui l’a créé en 1664 – et provoquera une rancœur tenace entre eux. Son succès atteint son paroxysme et consacre sa réputation en 1667, avec la pièce Andromaque. Racine est alors présenté comme l’héritier de Corneille – avec qui il n’aura de cesse de vouloir rivaliser. Bien d’autres pièces suivront et accroîtront encore sa célébrité : Britannicus (1669), Iphigénie (1674) ou encore Phèdre (1677). Le succès de cette dernière lui permet de se diversifier et il devient historiographe de Louis XIV, qu’il va suivre pendant quinze ans lors de toutes ses campagnes militaires prenant des notes et composant ensuite morceaux, textes et poèmes. Entre 1679 et 1681, l’affaire des Poisons secoue la noblesse et Racine est suspecté. Mais il n’est jamais inquiété et est disculpé sans même être au courant de sa mise en cause.

Racine devient Gentilhomme ordinaire de la Maison du Roi en 1691 et entre dans le cercle très privé des courtisans proches du couple royal. Il meurt le 21 avril 1699, âgé de 59 ans, des suites d’une tumeur au foie. Louis XIV accède à sa dernière volonté et le fait inhumé à Port Royal, à côté de son ancien maître, Jean Hamon.

Auteur_de_la_semaine_Edilivre