Autour du livre


Auteur_de_la_semaine_Edilivre
10 février 2014
Posté par
Flora

L’auteur de la semaine : Rabelais

Cette semaine nous vous proposons de découvrir l’auteur : Rabelais

François Rabelais, fils de sénéchal, naît au Domaine de la Devinière, à Seuilly. On ignore la date exacte ou même l’année précise de sa naissance, située aux alentours de 1483 ou, selon un autre postulat, de 1494.

Rabelais va d’abord se faire moine et entre au couvent de la Baumette. Il rejoindra ensuite celui du Puy Saint-Martin de Fontenay-le-Comte. Franciscain, il se lie d’amitié avec Pierre Lamy qui l’initie à la pratique du grec. En 1523, leurs livres d’étude sont confisqués par le monastère et les deux amis en appellent à la décision du nouveau pape Clément VII. Ce dernier leur accorde une indulgence et les autorise à rejoindre l’ordre des Bénédictins où ils pourront poursuivre leur apprentissage. Ils entrent à l’abbaye Saint-Pierre de Maillezais où Rabelais devient secrétaire personnel de l’évêque Geoffroy de Maidaillan d’Estissac. Mais pas pour très longtemps.

Sans autorisation, Rabelais quitte l’habit de moine (crime d’apostasie) et s’inscrit, en 1530, à la Faculté de médecine de Montpellier. En 1532, il est nommé Médecin de l’Hôtel-Dieu de Notre-Dame de la Pitié du Pont-du-Rhône et commence à publier des critiques des traités médicaux antiques. Avec ses proches amis Etienne Dolet, Jean Salmon Macrin et Mellin de Saint-Gelais, Rabelais gagne la protection de l’évêque de Paris, le cardinal Jean du Bellay. En 1532, sous le pseudonyme d’Alcofribas Nasier, il fait publier son premier texte de Pantagruel, parodie de récits populaires inspirés de la légende du Roi Arthur et qui connaît un très grand succès.

Jean du Bellay est envoyé à Rome en 1534 pour convaincre le pape de ne pas excommunier le roi Henri VIII. Pour ce voyage, il engage Rabelais comme médecin personnel et secrétaire. Le médecin fera plusieurs voyages en Italie, notamment dans la capitale et à Turin. Son second roman parodique, baptisé Gargantua, paraît en 1535. Sous un aspect souvent frivole, Rabelais rédige une féroce satire de son époque, soutenue par un propos assez cru. En 1540, le pape Paul III légitime les deux enfants de Rabelais, François et Junie (nés hors-mariage) mais l’érudit perd son fidèle ami et protecteur Geoffroy d’Estissac.

Rabelais commence à publier sous son vrai nom dès 1545 où son Tiers Livre est imprimé grâce à un privilège royal accordé par François Ier. L’année suivante (1546), il devient le médecin officiel de la cité impériale de Metz qu’il quitte en 1547 pour revenir au service du cardinal du Belay. En 1550, il obtient un privilège royal d’édition pour imprimer l’ensemble de ses œuvres. Mais son Quart Livre (qui contient le célèbre épisode des moutons de Panurge), paru en 1552, est interdit par les théologiens de la Sorbonne, ainsi que deux autres de ses ouvrages.

Selon une copie de son épitaphe, Rabelais s’éteint à Paris, le 9 avril 1553.

Auteur_de_la_semaine_Edilivre