Toute notre actualité


Actualité Edilivre


15 avril 2013
Posté par
Flora

L’auteur de la semaine : Charles Perrault

Cette semaine, nous avons choisi de vous présenter l’auteur : Charles Perrault.

Cet homme de lettres, qui a vécu au 17ème siècle, s’est avant tout imposé comme un grand conteur, en retranscrivant des récits issus de la tradition orale. Il appartient à la famille des « formalisateurs » du conte merveilleux.
Originaire d’une famille bourgeoise de Tours, il entreprend, tout d’abord, des études au collège de Beauvais, avant de devenir avocat. Il entre ensuite en politique, devenant le bras droit de Colbert pendant quelques années. Chargé de la politique artistique et littéraire, il use donc des faveurs du ministre pour les mettre au profit des lettres, des sciences et des arts.

Rejoignant l’Académie française en 1671, il rédige la préface du Dictionnaire de l’Académie, prenant alors position dans la querelle des Anciens et des Modernes. Ce débat, qui compte parmi les plus importants du 20ème siècle, oppose les partisans de l’imitation des règles littéraires antiques aux adeptes de la modernité, qui prônent des valeurs plus avant-gardistes. Perrault devient alors le chef de file des Modernes,  illustrant brillamment ses idées à travers ses contes.

Parmi ses plus célèbres récits, figurent La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe bleue, Le Chat botté, Cendrillon, Le Petit Poucet devenus de grands classiques de la littérature. Nourries de l’imaginaire médiéval légendaire, chevaleresque, courtois et de textes narratifs de la Renaissance italienne, ces histoires présentent un style simple, naïf, sans pour autant manquer de finesse.

Destinés aux enfants mais aussi aux adultes, ils transforment le récit et l’adaptent à la société de son temps, ajoutant notamment glaces et parquets au logis de Cendrillon, restituant l’action du Petit Poucet pendant la grande famine de 1693. L’un des atouts-charme de ces contes reste, bien sûr, leur humour grinçant. Ainsi, tandis que l’ogresse de la Belle au bois dormant dévore la jeune princesse « à la sauce Robert », il nous est précisé que les bottes du Chat botté « ne sont pas très pratiques pour marcher sur les tuiles des toits » !

Le saviez-vous ? Les Contes de Charles Perrault furent illustrés, au 19ème siècle, par Gustave Doré, peintre, illustrateur et graveur français de l’époque, qui contribua considérablement à les populariser. Ces dessins, en noir et blanc, sont marqués par un certain réalisme et, en même temps, par un aspect caricatural fort.

auteur_de_la_semaine_Edilivre