Autour du livre


26 juillet 2013
Posté par
Flora

L’auteur de Game of Thrones n’écrira pas plus vite !

Harcelé aussi bien par les fans que par les producteurs de la série quant à la sortie des deux derniers tomes de la saga Game of Thrones, l’écrivain préfère en rire et pulvérise la guitare d’un chanteur un peu trop insistant.

George_Martin_Edilivre Trop d’impatients ?
Qu’il s’agisse de fans, de journalistes ou de tous les impatients désireux de connaître la suite de Game of Thrones, les gens ne cessent d’interpeller l’écrivain afin de le presser à terminer ses deux derniers ouvrages. Mais George Martin n’a pas l’intention d’écrire plus vite, et décide de prendre la chose avec humour, tout en faisant clairement comprendre ses intentions.

Une mise en scène millimétrée
Le 17 juillet à San Diego, lors d’un show comique de Paul & Storm à la Comic-Con, l’écrivain a fait une apparition qui n’est pas passée inaperçue ! Les deux musiciens ont en effet débuté l’interprétation de la chanson Write Like the Wind, signifiant  » Écris comme le vent « , dans le but de demander à l’auteur d’écrire plus vite, car l’hiver vient (en référence à la devise des Stark)  et qu’il se fait vieux. C’est alors que George Martin est monté sur scène pour piquer une (fausse) colère, et a pulvérisé la guitare d’un des chanteurs.

Neil Gaiman, défenseur de George Martin
George_Martin_EdilivreSuite à ce  » coup de gueule  » spectaculairement mis en scène, c’est ensuite Neil Gaiman, l’auteur du célèbre best-seller Le marchand de sable, qui est monté sur scène pour demander aux musiciens de s’excuser :  » George Martin n’est pas votre quoi ?  » demanda-t-il.  » George Martin n’est pas notre fille de joie « , répondirent les deux musiciens. Quelques années auparavant, Neil Gaiman avait déjà pris la défense de George Martin sur son blog pour expliquer que l’écrivain n’était pas  » une prostituée « , voulant par là signifier qu’un écrivain n’est pas une machine à écrire. Quoi qu’il en soit, George Martin n’a sans doute pas fini de se faire harceler. Alors après la guitare, place au prochain instrument.

Pensez-vous que trop de succès peut nuire à un auteur ?

Article écrit avec la participation d’Ilanie