Autour du livre


10 décembre 2017
Posté par
Edilivre

Johnny Halliday raconte sa Terre Promise… Souvenirs souvenirs

« Fais-moi un bon truc rock’n’roll. Raconte ce qu’on a vécu ici, aux États-Unis. »

 

 

Johnny a conquis des générations de français avec ses tubes. Après sa disparition, retour sur un livre d’anthologie sur notre rock star nationale.

 

 

Écrit à quatre mains, « La Terre promise » (éditions Fayard) est la rencontre entre Johnny Hallyday et Philippe Manœuvre. Lancé sur les routes d’Amérique, le rocker s’épanche. Alors que défilent les villes de la tournée américaine 2014 de Johnny, les deux hommes confrontent leur vision du rock.

 

 

 

 

Écrit à cent à l’heure, c’est une sorte de journal de bord, un reportage à cœur ouvert. Le texte raconte l’ultime défi du dernier des rockers, sa conquête des États-Unis, le pays de ses rêves, la « Terre promise » décrite par Chuck Berry.

 

 

Loin de n’être qu’une simple biographie ou une longue interview, ce livre est un véritable entretien entre deux hommes qui partagent une même passion : le rock. L’icône française revient sur la musique, sa tournée américaine et son expérience avec le journaliste. Il nous livre ainsi un saisissant portrait de lui-même, de sa vision du monde et de ses rêves.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage est une magnifique chronique de la vie en tournée..

 

On y découvre la place incontestable de Johnny dans cette grande famille de la musique mondiale, avec pour support de magnifiques photos en noir et blanc qui montrent l’atmosphère de cette vie trépidante.
Entre impressions brutes, conversations de restaurants, de halls d’hôtels ou de salles d’embarquement et témoignages retranscris, l’interview est une grande réflexion sur le rock. Les lecteurs voyagent aux côtés de Johnny lors d’une tournée qui a le goût d’un road trip entre amis, au rythme de ses confidences et de ses fous rires.

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière citation résume bien cette aventure hors du commun : « Ce n’est que du putain de rock’n’roll et c’est ce que j’aime à en crever ».